AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 
Continuez de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top sites Obsession , Bazzart et PRD !
Pensez à remonter le topic sur Bazzart ici pour soutenir le forum !
Nous avons écrit des prédéfinis qui n'attendent que vous alors qu'attendez-vous pour trouver des liens avec eux ?
Pleins de beaux scénarios vous attendent, alors n'hésitez plus à aller les voir.
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Nea ◊ Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
HabitantsMessage


avatar
Invité
Invité




MessageSujet: Nea ◊ Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien.   Lun 8 Juin - 22:19


Nea (Ivy) Siaka

Lourd c’est bien, lourd c’est plus fiable. S’il marche pas on peut toujours assommer avec.


nom : Siaka tout droit hérité de son géniteur flic lui-même né d'un père flic et ainsi de suite. ♣ prénom : Nea prénom d'origine finlandaise, toutefois son père souhaitait la nommer Noé en référence à la bible ce fut un long sujet de discorde chez les Siaka, au poste de police on la surnomme ''nana". Ivy, second prénom choisi par sa mère afin d’honorer la mémoire de son arrière grand-mère manouche.  ♣ date de naissance : elle a vue le jour le vingt-deux aout mille neuf-cent quatre-vingt-neuf. ♣ âge : vingt-cinq ans et elle entre doucement vers ses vingt-six ans, cependant elle déteste fêter son anniversaire, elle déteste toute sorte de fête quelle qu'elle puisse être. ♣ nationalité : Sud Africaine, son père était officier de police ici même, sa mère jeune bénévole qui s'était évadée de sa communauté et y a trouvé des ressources, l'amour et une famille. ♣ orientation sexuelle : Bi-sexuelle. ♣ statut : Sans attache. Conclusion logique : sans emmerdes. ♣ métier/études : Elle n'a jamais aimé le système scolaire et si elle a toutefois essayé d'avoir une licence de droit, elle s'est très vite rendue compte qu'elle n'entrait pas dans le moule et qu'au fond de son être flic était ce qu'elle désirait depuis enfant. ♣ groupe :civilian ♣ avatar : Jessica Kennedy Parker ♣ crédit : tumblr



« ME, MYSELF AND I »
Parle nous un peu de toi ?
C’est une pragmatique, elle ne croit que ce qu’elle voit, elle doute de tout, de la soi-disant bonne volonté des gens. Son métier fait d’elle une personne qui ne jugera coupable que ce qu’elle peut prouver, trouver le grain de sable au milieu du gros tas c’est ce qu’elle aime dans ce métier. C’est une flemmarde pathologique, les gens qui braillent trop la fatigue, ceux qui parlent trop peu l’ennui profondément, il en faut beaucoup pour attirer l’attention de la jeune Nae. Frivole personne, elle ne s’attache pas aux gens, tout simplement parce qu’elle n’accorde sa confiance qu’à un groupe très restreint d’être humain, son chien à plus d’importance que n’importe quel être humain. Elle se lasse, se fatigue du genre humain, ne le prend pas aux sérieux à travers une politique qu’elle ne cautionne pas, au fond peut-être qu’elle n’aime personne hormis son propre personnage taillé dans le bois. Sa famille reste néanmoins l’ancre qui l’empêche de se morfondre dans les profondeurs, cette famille qui ne tient plus qu’à un père sombrant dans l’alcoolisme et une mère décédée. Bien loin de l’image lisse et paradoxalement à son métier elle déteste l’autorité, son job c’est de trouver qui a fait quoi, le pourquoi l’intéresse peu, son apathie concernant l’humain l’empêche de larmoyer, la protège des ténèbres. Nae voit le côté négatif des gens et c’est sans doute l’unique raison qui fait d’elle ce qu’elle est, elle parlera de déformation professionnel pour cacher sa réelle tumeur psychologique. Partiellement couillu, elle n’aime pas qu’on la prenne pour une petite chose fragile et n’hésitera pas à briser quelques mâchoires pour se faire respecter. Les gosses, elle en est allergique et elle a un peu de peine pour ces petites choses qui subiront et devront réparer les erreurs des anciens dans le futur, c’est tristement dégoulinant d’égoïsme qu’elle dirait. Tout la fatigue, elle ne cessera de bailler sous votre nez si l’envie lui prend, elle prendra volontiers une bière avec vous si vous réussissez à attirer son intérêt, cependant il ne faudra pas s’attendre à une quelconque forme d’empathie venant de Nae si jamais elle vous entends vous plaindre de votre vie et qui ayez eu l’illusion qu’elle était assez sympa pour subir la torture de vos histoires dramatiques, elle ne fera rien d’autre qu’enfoncer le clou en vous traitant de lavette féminine si vous êtes un homme, ou de sale petite pleurnicheuse qui ternis l’image de la femme si vous êtes une femme. Elle ne mange pas ses mots lorsqu’elle les crache au visage de ses interlocuteurs, malgré tout, elle est capable d’admirer les héros, les gens qui veulent tout foutre en l’air. Elle se sent plus proche du criminel que du petit flic parfaitement sorti de son école de police qui ne pige rien aux codes de la rue. Ouais. Naé ce n’est pas une fille facile, encore moins une collègue sympathique. C’est juste elle quoi.
Pourquoi avoir posé tes valises en Afrique du Sud ?
Sa vie est ici et pas ailleurs. Elle l’a su dès qu’elle a commencé à marcher sur les traces de son père, elle connait les ruelles de Johannesburg sur le bout des doigts, les coins les plus diffamés ne lui font pas peur. Elle est née ici, elle aime sa culture, cette mixité apparente, la débauche de certains quartiers, le côté paisible que lui apporte d’autres quartiers, son métier la comble, malgré tout le flegme qu’elle affiche au quotidien. Malgré l’indifférence qu’elle laisse apercevoir, elle aime son pays, elle aime sa ville natale et elle aime ce peuple. Elle aurait pu choisir de partir comme le lui avait conseillé sa mère sur son lit de mort, mais elle préfère rester ici, continuer sur les traces de son père. Et puis ailleurs ça manque d’oxygène, ça pu l’hypocrisie, les politiciens aux sourires faux lui donnent envie de gerber son sandwich. L’Afrique aux yeux du monde n’est qu’une excuse pour avoir une pseudo conscience tranquille. Elle, elle sait, elle vit ici, elle comprend ce que ressentent les gens d’ici, ceux qui ne quitteraient pour rien au monde leur foyer miteux, les riches qui s’enrichissent, les pauvres qui s’appauvrissent et puis il y à elle. Cette gamine qui regarde, apprend, observe et essaye de planter un semblant de justice, celle qui se retrouve yeux dans yeux avec des maris violents, des enfants trop jeunes pour trainer dans les rues, des femmes totalement impuissantes. Et le pire, c’est qu’elle aime ça, ici tout est plus authentique et la nature humaine aussi ragoutante puisse-t-elle être est à son paroxysme.
 



« LET'S SPEAK ABOUT THE WRITER »


pseudo :H/ Hannibal♣ âge : 23 ans ♣ ton personnage est : inventé ♣ comment es-tu venu ici ? : à dos de licorne ♣ tes impressions : sérieusement ? C'est le troisième personnage que je fais ici, donc évidemment je l'aime ce forum.




Code:
[b]Jessica Kennedy Parker [/b] ♣ nea i. siaka







Dernière édition par Nea I. Siaka le Ven 12 Juin - 20:04, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Nea ◊ Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien.   Lun 8 Juin - 22:20

Avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles.

"Vous n’êtes pas exceptionnels, vous n’êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique, vous êtes fait de la même substance organique pourrissante que tout le reste, nous sommes la merde de ce monde prête à servir à tout, nous appartenons tous au même tas d’humus en décomposition."






“Parce que l'idéal de la femme blanche, séduisante mais pas pute, bien mariée mais pas effacée, travaillant mais sans trop réussir, pour ne pas écraser son homme, mince mais pas névrosée par la nourriture, restant indéfiniment jeune sans se faire défigurer par les chirurgiens de l'esthétique, maman épanouie mais pas accaparée par les couches et les devoirs d'école, bonne maîtresse de maison mais pas bonniche traditionnelle, cultivée mais moins qu'un homme, cette femme blanche heureuse qu'on nous brandit tout le temps sous le nez, celle à laquelle on devrait faire l'effort de ressembler, à part qu'elle a l'air de beaucoup s'emmerder pour pas grand-chose, de toutes façons je ne l'ai jamais croisée, nulle part. Je crois bien qu'elle n'existe pas. ”



Pour la troisième fois de la journée, elle touchait cette longue cicatrice qui décorait sa poitrine de toute sa longueur. Chaque fois qu’elle songeait à cette vie qui s’était échappée pour ensuite remplacer son propre cœur défaillant elle avait le vertige. Elle se souvenait de ces premières longues années, ruinant ses parents pour des soins qu’elle refusait avec hargne. Elle détestait l’hôpital, elle détestait tout ce que ça lui rappelait, elle détestait le choix qu’avait fait ses parents. D’un geste maladroit, elle glissa le long pendentif autour de son cou, suspendu au bout de la chaîne aux maillots ronds la première balle que son père s’était pris dans le bras.  Et même si elle aimait ce pendentif, il n’était pas à elle, le porter, le sentir cogner contre son cœur était sa punition, car à chaque fois qu’elle ressentait la balle qui touchait sa poitrine, elle se souvenait qu’elle n’était qu’une douce imposture. « Nea ma chérie ! On y va ! C’est bientôt l’heure, tu ne voudrais pas faire attendre ta sœur. » Sœur. Cet adjectif lui donnait des envies de tout casser, d’envoyer au visage de ses parents que c’était elle qui aurait dû mourir et certainement pas Eve. Eve et sa douceur, Eve qui possédait ce même cœur difforme, Eve qui questionnait tout le temps sa grande sœur sur les dessins animés et le sens de ces derniers. Un long instant, elle se laissa tomber sur le lit, entourant sa tête souffrante dans le creux de ses mains. Elle se nourrissait du silence et des souvenirs, des souvenirs d’Eve et de cette petite main qui avait enlacé la sienne. Quatre ans. Elle était celle qui méritait de vivre, même si tout était trop risqué, même si pour ça elles auraient dû mourir toute les deux. Mais non. Ses parents l’avaient choisis parce qu’elle était la plus solide, qu’elle avait statistiquement plus de chance de survivre à une opération à cœur ouvert. Et puis Eve aurait un cœur, elle aussi. Sauf que le cœur n’était jamais arrivé et elle était morte le sourire aux lèvres en serrant la main de sa sœur. D’un geste purement colérique elle projeta son sac contre le sol en étouffant ses lèvres d’une morsure. Elle pouvait apercevoir l’ombre de la silhouette de sa mère derrière la porte. « Nea ? Tout va bien ? » Nerveusement, elle effaça les larmes rageusement en soufflant simplement « Et merde » du bout des lèvres avant de se ressaisir le cœur lourd. « J’arrive maman… » Répondit-elle tout en ramassant le contenu de son sac, au milieu du bric-à-brac, il y avait cette petite photographie en noir et blanc. Cette petite fille à la peau couleur sable noir. Nea caressait la photographie et murmure « Désolée Eve. Je suis tellement désolée. » Et plus jamais elle ne mentionnerait son prénom, parce que c’était trop douloureux, parce qu’elle risquait d’imploser à un moment donner. Et parce qu’elle se disait qu’au fond ses parents souffraient d’autant plus qu’elle, si ce n’était pas mille fois plus qu’elle.



Elle écoutait Frankie se plaindre encore et encore, pourtant chaque syllabe que son cerveau réussissait malgré lui à enregistrer était comme censurés. Un écouteur maladroitement enfoncé dans le creux de son oreille droite, elle tapait des pieds au rythme des basses qui frappaient contre son tympan. Frankie c’était une fille qu’elle avait connue lors de la pré-rentrée universitaire, une blondasse bien fichue qui s’insurgeait dès lors qu’un garçon osait la regarder de travers. Ce que Nea trouvait terriblement paradoxale vue comment la blondie s’habillait, c’était comme écrire sur son cul : « prenez moi les gars je suis une grosse cochonne ». Bien que Nea ne cautionnait pas le viole ou les sauvages qui ravageaient leurs victimes sous prétexte qu’elles portaient une jupe, il fallait quand même être honnête, lorsqu’on porte un short tellement court qu’on peut apercevoir la paume de tes fesses, fallait quand même s’attendre à quelques regards tendancieux. Frankie la blonde venait d’arracher l’écouteur et lorsque Nea observa la parfaite manucure rose bébé de la blonde, elle fut prise d’une envie foudroyante de lui envoyer son point droit dans la gueule, mais elle ne fit rien, son père rouspéterait encore et sa mère prendrait un air totalement outré si jamais elle rentrait de sa première journée d’université avec une liste d’ennemi aussi grande que celle qu’avait Hitler. « Hey tu m’écoutes… » La voix de blondie était aussi agaçante que ses manières, évidemment que Nea ne l’écoutait pas, l’histoire des gens ne l’intéressait pas et puis c’était ennuyant. Elle posa son menton sur la barre de métal sur laquelle, elle était appuyée. «  Ouais tu disais quoi déjà ? » soufflait la métisse tout en sortant un paquet de clope, tirant l’une d’elle, elle l’enfonça entre ses lèvres. Blondie deux point zéro posa ses mains aussi blanches que la poudre magique sur ses hanches rachitiques. Les lèvres pincées, elle hurlait presque «   Sérieusement, je ne comprends pas pourquoi t’as choisis cette filière t’as pas l’air super sociable en plus t’as toujours l’air de te faire chier… » Nea esquissa un sourire narquois, ouais c’était une bonne question, elle avait choisis droit parce que ça pouvait faire cool sur le cv et parce que sa mère souhaitait une bonne situation à son cas désespéré de fille. L’africaine se redressa, glissant son Zippo sous son tube cancérigène. Replaçant ses écouteurs à l’intérieur de ses oreilles, elle toisa la blondie qui s’impatientait en tapant du pied. « Frankie c’est ça ? » Questionnait-elle tout en grattant sa longue touffe sombre sauvage. « Oui.. ». Nea se pencha légèrement, soufflant la poudre de nicotine au visage de blondie. « Tu me fais chier, vas jouer avec tes copines et fiches moi la paix. Sérieusement je n’en ai rien à foutre de ta vie, encore moins de la marque de ta bagnole ou de ton gel contre les mycoses.» Et sans un mot de plus, la métisse blasée s’éloigna la main en l’air en guise d’au revoir. La fac c’est chiant.


“Elle s’habille chez Zara, quand elle trouve quelque chose à sa taille. Elle se passionne pour l’huile d’olive, le thé vert, elle s’est abonnée à Télérama et elle parle de recettes de cuisine, au boulot, avec ses collègues. Elle a fait tout ce que ses parents désiraient qu’elle fasse. Sauf qu’elle n’a pas eu d’enfant, alors le reste, ça ne compte pas. Aux repas de famille, elle fait tache. Ses efforts n’ont pas été récompensés.  ”


Il y avait quelque chose de féminin chez lui, quelque chose d’attachant aux yeux de Nea. Elle n’avait jamais été le genre de fille qui rêvait de la virilité d’un homme, d’un prince qui la défendrait, elle n’avait pas le besoin névrosé qu’avait beaucoup de filles de son jeune âge. Elle savait se défendre, elle savait se rassurer, se calmer, se contenir lorsqu’il le fallait. Elle n’avait pas besoin d’une paire de muscle pour la protéger des vilains garçons et même s’il lui était arrivé de sortir avec des garçons de ce style, elle s’en lassait assez rapidement. Avec  Timothy c’était différent, dire qu’elle l’aimait passionnément aurait été exagéré, mais elle savait apprécier ses gestes, ses paroles et ses silences. Ils ne s’étaient jamais embrassés, ça n’avait jamais été plus loin que quelques regards échangés et des gestes quelque peu maladroits. Et elle était satisfaite de cette relation, même si tout avait démarré pendant un cours de droit où elle s’était montrée cinglante envers la race humaine. Elle avait cru qu’en arrêtant l’université pour se consacré à son futur emploi au sein de la police sonnerait le glaive de cette relation.  Elle s’était trompée. Et elle en était heureuse. Comme souvent, elle retrouvait Timothy et ses cheveux châtain coiffé d’un chapeau de cow-boy. Tout droit sorti d’un vieux film de type western, il l’attendait dans leur endroit favori, lorsque la chaleur était moins étouffante.  Nea aimait cet endroit qui était devenu son refuge depuis qu’elle avait appris que sa mère portait en elle un cancer qui finirait par la bouffer. Timothy lui faisait de grands signes et comme chaque fois que le corps de ce garçon bougeait, elle avait l’impression qu’elle n’avait pas le droit de le regarder tant il semblait précieux. Il rêvait de retourner aux États-Unis, partir vivre chez ses grands-parents dans une bourgade de joyeux lurons dans le Kentucky, il rêvait de devenir US-Marshal et il en avait tout le style et le talent. Malgré toute la joie que ce choix de carrière inspirait à Timothy, Nea ne souhaitait pas le voir partir tout comme elle ne souhaitait pas le suivre là-bas. Il s’approchait d’elle, ayant terminé les dernières mises en place de leurs cibles, ils s’entraînaient souvent à tirer sur de vieilles bouteilles puis ils dégustaient une bonne vieille bière en silence. Timothy parlait souvent de la musique américaine, de son père militaire et coincé ici, de sa peste de sœur qui ne comprenait rien. Habituellement, ce genre de commentaire l’ennuyait, mais avec Timothy c’était différent, elle aimait particulièrement voir se dessiner sur son visage cet air juvénile et joviale. Sans un mot il la serra contre lui, elle ressentait cette poigne désagréable qui entourait son cœur. « C’est notre dernière soirée ! Je pars demain c’est officiel ! » Il était heureux. Elle le savait, pourtant, elle n’y arrivait pas, elle n’avait pas envie de faire comme s’il n’était qu’un type de passage. Ses doigts agrippaient à ce vieux t-shirt, sa joue s’était posée contre le torse du jeune homme. Et à contrecœur, elle lui répondit en affichant un sourire des plus faux. « Félicitation Tim’. » Et elle n’en pensait pas un mot. Pas un seul.  



Le plus difficile avait été les étrangers qui allaient et venaient à l’intérieur de la petite maison. Ceux qui disaient la connaître depuis qu’elle était enfant, ceux qui semblaient désolés de cette perte tragique, ceux qui ne disaient pas un mot et qui l’interrogeaient du regard. Chaque personne qu’elle croisait aux funérailles lui donnait l’impression qu’elle n’était pas faite pour ça. Socialement parlant, Eve aurait été plus utile et plus douée qu’elle, qui semblait coincée dans cette robe coupée aux genoux d’un noir qui se fondait presque sur sa peau.  Et pendant une longue journée, au milieu des fleurs, des larmes, des petits fours qu’elle trouvait indigeste elle était restée debout. Dans un coin du salon, là où trônait le cercueil ouvert de sa mère.  La mort était venue la frapper dans son sommeil, ce qui d’une certainement façon avait rassuré la jeune métisse. Sa mère n’avait pas souffert c’était toujours ça de bien dans une suite d’événements tragiques. Elle aurait souhaité que Tim’ soit ici, avec elle, il aurait su trouver les mots à sa place, il aurait fait de meilleurs repas. Les lettres qu’elle cherchait à lui envoyer étaient toujours présentes en Afrique, dans sa boite à chaussure. Elle n’avait pas eu le courage de les lui donner. Sans doute s’était-il marié à l’une de ces grandes blondes aux yeux bleus, elle portait très certainement de grandes robes qu’elle ne pourrait jamais s’offrir. Peut-être même qu’elle prenait des bains avec des pétales de roses. La vie était toujours ainsi, dans un premier temps elle vous fait croire que tout roule, que tout va bien, qu’on réussit lorsqu’on se donne du mal et dans un deuxième temps elle revient à la charge. Et elle vous démoli la gueule à coup de merde. La main de son père s’était posé sur son épaule, la sortant de ses songes néfastes, il posait sur elle un regard aussi pitoyable que devait être le sien. Ils se ressemblaient tous les deux. Depuis sa plus tendre enfance, sa mère n’avait eu de cesse de lui reprocher ce caractère difficile, loin de celui qu’avait Eve, et chaque fois son père la regardait fièrement. « Ça fais une heure qu’il n’y a plus personne tu sais. Tu devrais t’allonger. » Une heure. Une heure qu’elle tenait entre ses doigts ce verre d’eau. Une heure qu’elle n’avait pas bougé d’un pouce. « Je sais. » chuchotait-elle difficilement, elle aurait voulu ajouter autre chose, peut-être être celle qui pourrait rassurer son père, lui jurer qu’elle serait toujours avec lui. Lui avouer que sa mère et Eve lui manquaient plus qu’elle ne voulait bien le dire. Mais, elle n’y arrivait pas. Les mots n’étaient pas nécessaires entre le père et la fille, d’un geste vif, puissant, il l’attira contre lui. Caressant ses longs cheveux ébène. « Ça va aller. » Non. Mais, les parents sont toujours comme ça, ils préfèrent mentir afin de protéger leurs enfants. D’un œil imbibait de larmes, elle observa le corps inerte de sa mère, ce visage  abimé par le soleil et le temps et certainement par le souci qu’elle lui causait. Elle avait l’air paisible. Si paisible.




“Il y a une forme de force, qui n'est ni masculine, ni féminine, qui impressionne, affole, rassure. Une faculté de dire non, d'imposer ses vues, de ne pas se dérober.
Je m'en tape que le héros porte une jupe et des gros nibards ou qu'il bande comme un cerf et fume le cigare. ”


Elle avait le nez poudré de blanc, les bras rongés par les piqures, le long de son cou aussi. Les iris qui semblaient observer des choses que le commun des mortels ne pouvait saisir. Du bout des doigts, Nea poussa le paquet de cigarette entrouvert. La droguée à la peau aussi fine que la lame d’un couteau tira un tube cancérigène qu’elle glissa entre ses lèvres rongées. C’était triste. Tristement quotidien d’interroger les drogués et d’y être devenue insensible. Les premières fois, c’était toujours quelque chose de marquant, de troublant et puis la routine s’installe au fil des années et on commence à comprendre qu’on ne peut rien faire. Nea tira son Zippo de l’intérieur de la poche de son jean délavé, il faisait chaud et la climatisation hurlait de douleur. L’inspectrice se pencha légèrement, proposant la boule de flamme à la longue cigarette qui se consumait à ce contact. Tout était une question de combustion, le même genre de réaction que la droguée infligeait à son propre corps. Replaçant son dos contre le dossier de sa chaise, la jeune Nea observa le petit nouveau du coin de l’œil retenant un soupire, elle repoussa les photographies de la jeune droguée retrouvée morte le matin à l’aube. « Tu la connais ? » Murmurait-elle suffisamment lentement pour se faire comprendre par la jeune droguée. Cette dernière grattait son oreille compulsivement, des gestes qui devaient certainement la calmer lorsqu’elle était en manque. Ses pupilles totalement absentes se posèrent sur les photographies et elle secoua son visage négativement, plusieurs fois de suite. Nea croisa ses bras sur sa poitrine généreuse, le débardeur noir qu’elle portait depuis l’aube empestait l’odeur de tabac et de transpiration. « Tu sais qu’on va devoir te garder en observation avec un peu de chance toute la drogue que tu t’es injectée risque encore de faire effet, dans le cas contraire tu vas avoir mal. » Mais elle n’apprenait rien à la jeune femme, c’était un quotidien  qui la poursuivait depuis qu’elle était tombée nez-à-nez avec les substances illicites. La droguée ne fit que la toiser en ayant l’air d’une démente. L’inspectrice tira le dossier qu’elle glissa sous son bras avant de faire signe au jeune bleu de la suivre à l’extérieure. « Je te laisse réfléchir ok ? » D’une douceur surprenante, la jeune métisse se leva, sortant de la salle d’interrogatoire elle jeta le dossier sur son bureau. Laissant son corps lourd s’effondrer sur sa chaise. « Inspectrice Siaka … » Ses iris aux couleurs arc-en-ciel se posèrent sur le jeune bleu. « Ouais ?» Répondit-elle tout en appuyant sur la touche de démarrage de son ordinateur démodé. «  Y’a rien qu’on puisse faire pour elle ? » Incrédule, elle le toisa un long moment, c’était toujours la même chose avec les petits nouveaux. Ils croyaient que parce qu’ils portaient un badge de police, qu’ils possédaient un étrange pouvoir leur permettant de sonder et de soigner l’âme humaine. Connerie. Nea secoua son visage, posant ses pieds sur son bureau, elle le toisa sévèrement. « Ecoutes tout ce qu’on pourrait lui offrir ce serait un petit séjour d’un hôpital où ils purgeront le mal par le mal, au lieu de la drogue ils vont lui filer des médicaments qui assommeront son corps. Demain au petit matin on la retrouva au même endroit, à faire les mêmes choses et avec un peu de chance elle finira morte d’une overdose plutôt que rouée de coups comme sa copine. » Elle laissa la fin de sa phrase se suspendre au sein du petit commissariat en sous-effectif. Cloisonnant une cigarette entre ses lèvres, elle mâchouilla le filtre. Le jeune bleu semblait pâme, inapte à accepter cela pour le moment et honnêtement Nea se disait que dans le meilleur des cas il finirait comme elle par comprendre que la justice n’était celle qu’on croyait, dans le pire des scénarios il se tirait une balle dans la tête. « Mais… » Majeur levé, elle arrêta la phrase du jeune homme. « Écoutes, si tu ne peux pas accepter le fait que tu n’es pas un super héros, que ton job à toi c’est juste de réfléchir aux évidences cachées, tu t’es peut-être trompé de job, les assistantes sociales ont besoin d’aide si tu veux… » Les bras du jeune bleu s’écartèrent, comme s’il voulait enlacer une force invisible. Sa poitrine s’était gonflée de courage ce qui fit sourire Nea. Elle se leva, agacée. « Je vais y retourner, va prendre l’air. Et si tu veux un conseil : Dans notre métier on ne connait jamais vraiment ce que sont les gens. Crois-moi. » Affectueusement maladroite, elle posa sa main sur l’épaule du petit nouveau avant de s’enfoncer une nouvelle fois à l’intérieur de la salle d’interrogatoire.









Dernière édition par Nea I. Siaka le Ven 12 Juin - 19:48, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Nea ◊ Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien.   Lun 8 Juin - 22:24

Haha, te revoilà toi aussi ! cute
Rebienvenuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuue, j'ai hâte de voir ce que tu vas faire de cette nouvelle madame ! cute
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Nea ◊ Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien.   Lun 8 Juin - 22:25

♥️ choupinet! cette madame elle te mangerait tout cru crois-moi ahah ahah ahah ahah Mais merci babe ♥️
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Nea ◊ Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien.   Lun 8 Juin - 22:39

Toiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii keur
Tu vas encore nous faire un personnage trop badass! crap J'ai hâte de lire ça! Bienvenue à la maison babe!
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Nea ◊ Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien.   Lun 8 Juin - 22:42

Baby ♥♥♥ merci ma magnifique Maxyne ! On va se trouver des liens et tout et tout !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Nea ◊ Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien.   Lun 8 Juin - 22:55

Oh Re-Re-bienvenue ! cute
c'est un excellent choix d'avatar, j'ai hâte d'en savoir plus keur
Revenir en haut Aller en bas


avatar
LA VEUVE EPLOREE
LA VEUVE EPLOREE


♣ messages : 3836
♣ where are you : johannesburg, logée sur le centre.
♣ âge : 32
♣ métier/études : institutrice, au centre Giving for Africa, elle apprend aux enfants, et certains adultes, à lire et écrire.


MessageSujet: Re: Nea ◊ Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien.   Lun 8 Juin - 23:23

ZOE omg (j'ai hésité à la prendre pour mon DC, mais je pense que tu vas en faire un personnage qui gère trop la fougère !)
J'ai hâte de découvrir ce nouveau personnage ooh Dois-je m’apprêter à pleurer à la lecture de ta fiche ?
Rebienvenue ici, fais comme chez toi, tu connais la maison cutie

_________________

    the heart wants what it wants
    well I guess it would be nice if i could touch your body, i know not everybody has got a body like you. but i've got to think twice before i give my heart away. - george michael ©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Nea ◊ Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien.   Mar 9 Juin - 11:56

Merci beaucoup vous deux ooh ooh ooh Felicity, si tu veux Zoé pour ton DC je peux changer de vava hein ooh
Revenir en haut Aller en bas


avatar
LA VEUVE EPLOREE
LA VEUVE EPLOREE


♣ messages : 3836
♣ where are you : johannesburg, logée sur le centre.
♣ âge : 32
♣ métier/études : institutrice, au centre Giving for Africa, elle apprend aux enfants, et certains adultes, à lire et écrire.


MessageSujet: Re: Nea ◊ Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien.   Mar 9 Juin - 12:02

Oh, t'es chou, mais j'avais déjà changé d'avis avant et j'ai trouvé un autre avatar ooh

_________________

    the heart wants what it wants
    well I guess it would be nice if i could touch your body, i know not everybody has got a body like you. but i've got to think twice before i give my heart away. - george michael ©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
LE PETIT SINGE
LE PETIT SINGE


♣ messages : 1533
♣ where are you : south africa.
♣ âge : 28
♣ métier/études : vétérinaire - affecté aux babouins.


MessageSujet: Re: Nea ◊ Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien.   Mar 9 Juin - 12:04

Je sens que ce personnage va roxer omg trop hâte de voir ça keur
Rebienvenue à la maison smile

_________________

I CAN'T GO ON ANYMORE

J'aurais voulu que tu ne partes jamais, mais tu as disparu, tu n'es jamais revenue.
©️ anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Nea ◊ Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien.   Mar 9 Juin - 12:06

Felcity : D'accord alors ♥️
Joos : Oh yeah ! Elle va envoyer du lourd ma Nea ♥️ en tout cas merci beaucoup keur keur keur
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Nea ◊ Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien.   Mar 9 Juin - 13:46

Une collègue qui envoie du pâté youhou youhou
Re-re-bienvenue du coup, si j'ai bien suivi hum Et j'ai hâte de lire la suite jump dance2
Revenir en haut Aller en bas


avatar
l'arnaqueuse


♣ messages : 476
♣ where are you : Sans domicile fixe, elle erre un peu partout dans Johannesburg. Cette ville n'a aucun secret pour elle.
♣ âge : 27
♣ métier/études : Pickpocket, Indic' pour quiconque en a besoins du moment qu'il paye.


MessageSujet: Re: Nea ◊ Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien.   Mar 9 Juin - 18:33

Ca va être un perso qui va envoyer du lourd ça omg J'ai hâte d'en découvrir davantage youhou Mais ma Kesi a intérêt à faire gaffe avec ces flics dans le coin crap secret

Rebienvenue en tout cas keur Et au passage c'est un super choix d'avatar, ENCORE omg

_________________

"nothing to lose"

You shout it out but I can't hear a word you say. I'm talking loud not saying much, I'm criticized but all your bullets ricochet. Shoot me down, but I get up. You shoot me down but I won't fall, I am titanium  ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Nea ◊ Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien.   Mer 10 Juin - 15:12

ahaha ♥
Xavier en effet il nous faudra un big bête de lien
Kesi pareille ♥
Revenir en haut Aller en bas


avatar
LA VEUVE EPLOREE
LA VEUVE EPLOREE


♣ messages : 3836
♣ where are you : johannesburg, logée sur le centre.
♣ âge : 32
♣ métier/études : institutrice, au centre Giving for Africa, elle apprend aux enfants, et certains adultes, à lire et écrire.


MessageSujet: Re: Nea ◊ Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien.   Ven 12 Juin - 19:51

Encore une fois, c'est une fiche parfaite que tu nous as fait omg J'aime beaucoup Nea, elle est super intéressante et je veux un lien ooh
En attendant, je te valide keur



bienvenue sur

Giving for Africa



Bravo ! Tu as rejoint l'aventure Giving for Africa ! Maintenant que tu fais parti de l'équipe, peu importe ton groupe, voici quelques conseils pour commencer ton intégration :

♣️ Parce que c'est toujours mieux à plusieurs, commence par te créer une fiche de liens et de rps, n'hésite pas à poster dans celles des membres déjà présents pour trouver des idées.

♣️ N'oublie pas de recenser le métier de ton personnage, c'est à faire .

♣️ Tu peux également inventer tes propres scénarios (ici) ou bien proposer des liens avec des personnages pré-définis (ici).

♣️ Pour te lancer dans le rpg et commencer dès maintenant à faire vivre ton personnage, tu peux aller poster dans la boîte à rps. Nous ferons au mieux pour te trouver un partenaire et une situation folle-dingue pour vos personnages. Ou tu peux directement faire une demande plus simple, ici.

♣️ Et pour finir, tu peux flooder car c'est toujours amusant, et surtout voter pour Giving for Africa : ici, tes votes sont très importants car ils permettront à de nouvelles personnes de nous rejoindre.

Tu es désormais prêt pour rejoindre le reste de l'équipe et découvrir les merveilles de la savane ! En espérant que tu t'y amuseras bien





_________________

    the heart wants what it wants
    well I guess it would be nice if i could touch your body, i know not everybody has got a body like you. but i've got to think twice before i give my heart away. - george michael ©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Nea ◊ Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien.   Ven 12 Juin - 19:52

Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
LE PETIT CON
LE PETIT CON


♣ messages : 3987
♣ where are you : south africa
♣ métier/études : employé à plein temps à GFA, il fait tout sur le centre: la gestion des bénévoles mais aussi de l'aide à l'enseignement, au dispensaire, l'organisation de galas.


MessageSujet: Re: Nea ◊ Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien.   Lun 15 Juin - 18:01

Je t'avais pas souhaité la bienvenue, mais même si t'es validée maintenant je tiens à le faire keur. J'adore tes choix et Nea a l'air juste géniale omg. Tu écris toujours des persos de la mort franchement I love you. Je suis contente de voir des choix comme les tiens omg

Re-bienvenue à la maison keur

_________________

I leave in my heart
Look into my eyes – you will see what you mean to me.. Search your heart, search your soul and when you find me there you'll search no more. Look into your heart – you will find there's nothin' there to hide.. Take me as I am, take my life. I would give it all, I would sacrifice.~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nea ◊ Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nea ◊ Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ giving for africa  :: 
our last memories

 :: les anciennes fiches de présentation
-