AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 
Continuez de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top sites Obsession , Bazzart et PRD !
Pensez à remonter le topic sur Bazzart ici pour soutenir le forum !
Nous avons écrit des prédéfinis qui n'attendent que vous alors qu'attendez-vous pour trouver des liens avec eux ?
Pleins de beaux scénarios vous attendent, alors n'hésitez plus à aller les voir.
Voir le deal
8 €

Partagez | 
 

 [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
HabitantsMessage


Nate H. Colwin
Nate H. Colwin
STITCH VIRIL


♣ messages : 120
♣ where are you : j'habite à l'université
♣ âge : 29
♣ métier/études : étudiant en photographie & bénévole à GFA


MessageSujet: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptyMar 5 Mai - 20:48




Spaces between us hold all our secrets
ft. Lilo d'amour




« La douleur, ça ne s'exprime pas toujours avec des mots nobles. Ça peut sortir par de petites plaisanteries tristes, petites vieilles grimaçant aux fenêtres mortes de mes yeux. »

Nate poussa un long soupir de désespoir avant de se laisser tomber sur son lit, au milieu de ses chemises. Il avait du en sortir une dizaine, toutes plus bariolées les unes des autres, mais il ne pouvait tout simplement PAS choisir.

C'était étrange, parce que Nate n'était habituellement pas du genre à se prendre la tête concernant sa façon de s'habiller et que même pour son premier rendez vous amoureux – qui était en sixième avec une fille s'appelant Apolline, et qui s'était avéré être en fait un véritable fiasco lorsqu'il avait malencontreusement renversé sa glace à la vanille sur sa robe rose – il n'avait pas passé autant de temps à choisir ses vêtements.

Le pire c'est qu'il n'avait pas de rendez vous.
C'était juste Lilo.
Pour un travail de philo.

Donc rien du tout. Cela ne l'empêcha pas de sortir son portable pour envoyer un message à  son meilleur ami, et accessoirement conseiller en matière de mode.

A Colin
J'ai rdv avec un pote, je m'habille comment ?
De Colin
Aha, un pote ? T'es sur ? Wink Sinon jsp :/ T'as quoi ?
A Colin
C'est un pote. Ben normal, comme d'habitude.
De Colin
Un pote que tu aimerais ne plus considérer comme un pote ? ... Si " comme d'habitude " signifie " cette affreuse chemise avec des coeurs " je dis non.
A Colin
Mais va te faire foutre mdrrr. Ok, tu ne m'ais d'aucun secours en fait... Tant pis, j'y vais à poil.
De Colin
Là, c'est plutôt toi qui va aller te faire foutre du coup. Wink Ouais, ça me paraît pratique. Profite bien, tu me racontes ? Xx
A Colin
... Hm. Je vais mettre un jean et ma chemise à carreau.
De Colin
Ok, oublie pas les capotes aha. (a)

Nate leva les yeux au ciel, ne pouvant pas s'empêcher de sourire un peu parce que Colin était Colin et qu'il le faisait toujours rire même dans des cas désespérés... Mais est ce que le cas était désespéré ? Oui. Non.

Oui.
Bien sur que la situation allait être étrange, Nate en était plus que conscient, et tout en enfilant sa chemise à carreaux bleus et blancs, il se remémora sa conversation sms avec Lilo... Si on pouvait appeler ça une conversation. En vérité, c'était plus du flirt. De son côté en tout cas... Il n'était pas sûr que le but de Lilo avait été de le draguer ou quoi que ce soit, même si indirectement ça avait putain de marché. Oh, oui ça avait marché.

Nate attrapa un élastique et avec dextérité, il enroula ses cheveux en un épais chignon. Bon. Maintenant, il comptait sur Lilo pour ne pas faire référence à la discussion, parce que quoi que suppose Colin, il n'avait juste pas envie d'être à nouveau... excité. Et il n'avait pas du tout envie d'aller trop loin avec Lilo. Parce que dans un sens, ils étaient déjà allé trop loin, même si ça n'avait pas du tout été de sa faute. Pour une fois.

Il attrapa son portable et le glissa dans la poche arrière de son jean, avant de sortir de sa chambre et de fermer la porte. Celle de Lilo n'était pas très loin, mais il parcourut le couloir plus doucement que jamais.  

Parce qu'il n'y avait jamais eu d'ambiguïté entre eux auparavant... Mais maintenant, Lilo l'avait embrassé, et lui, eh bien, il lui avait clairement proposé de coucher avec lui. Et même si ce n'était que pour rigoler, peut être que le jeune homme l'avait pris au sérieux ? Et si il s'attendait à quelque chose de spécial en lui demandant de venir bosser avec lui ? Et si... Rah.

Nate se mordilla la lèvre et frappa trois coups à la porte de Lilo. Et lorsque celui ci lui ouvrit, il se contenta de lui faire un grand sourire.

Envolé les questions, les regrets, les appréhensions. Parce que Lilo avait les plus beaux yeux du monde, les plus rassurants, et que quoi qu'il se passe entre eux, au fond, Nate en avait de toute façon envie.

« Salut ! Tu vas bien ? »

C O D E ©️ W H A T S E R N A M E .



Dernière édition par Nate H. Colwin le Jeu 14 Mai - 13:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Lilo E. Straton
Lilo E. Straton
La Lilo de son Stitch


♣ messages : 110
♣ where are you : Sous terre
♣ âge : 20
♣ métier/études : étudiant en philosophie renforcée / bénévole


MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptyVen 8 Mai - 15:05


 Spaces between us hold all our secrets

"Je voulais qu'il parte et je voulais qu'il reste, qu'il ne dise rien, qu'il me parle encore et qu'il s'en aille tout de suite, qu'il insiste pour boire un autre verre. " ▬ Valentine Goby


« Que produit la perte d'un être cher ? »

Mon regard parcourt cette unique question encore et encore depuis plus d'une heure. J'ai des réponses. J'ai des milliers de réponses qui traversent mon esprit de part en part, elles fusent puis disparaissent, réapparaissent plus tard, s'effacent, s'abîment, s'enlisent. Lorsque j'en tiens une, l'autre disparaît ; lorsque je la rattrape, c'est la première qui disparaît, ou alors elles ne sont pas assez bonnes, pas assez construites. Pas assez objectives. Ce devoir me faisait beaucoup trop penser à Leelah. Moi qui essayait de la transformer en souvenir, en image fugace d'un souvenir éparpillé au fin fond de ma mémoire, la revoilà, explosant face à moi comme si elle voulait me faire payer ma disparition. La perte d'un être cher.

L'avais-je seulement déjà eu une seule fois ? C'était ça, la vraie question.

Je n'avais pas le choix. Je détestais user seulement de mes idées, de mes opinions. Je préférais toujours avoir un avis extérieur, surtout pour cette question qui était beaucoup trop... Personnelle. Et je ne voulais pas non plus ressortir les sentiments basiques que tout le monde allait écrire dans leurs devoirs, je voulais quelque chose de plus profond, de plus réel. Je n'avais pas le choix. La seule personne que je connaissais qui avait perdu quelqu'un de cher et qui me l'avait dit était Nate … J'avais besoin de son point de vue. Me mordillant la lèvre, j'attrapais mon portable et lui envoyait un message, priant pour qu'il réponde, essayant d'esquiver nos derniers messages qui datait maintenant d'une semaine, mais c'était peine perdue. Le rouge me monta aux joues alors que mes yeux repassèrent sur les lignes malgré moi. Putain. Je n'avais toujours pas compris ce qu'il s'était passé ce jour-là.

Il m'avait avoué qu'il me voulait dans son lit, bordel.

Et j'avais sous-entendu que cela ne m'avait pas dérangé non plus.

Je ne sais pas ce qui m'était passé par la tête à ce moment-là. Après tout, même si c'était avant tout du sexe – … je crois ? - , cela finissait toujours par amener des sentiments. Toujours. Il n'y avait jamais de « sex-friends » à proprement parler. Et puis de toute façon, on n'était même pas sex-friends. Ma main me servait très bien et … Et bordel, je partais vraiment des délires étranges là. Soupirant, je reposais mon regard sur mon devoir lorsqu'il toqua à ma porte. Oh, merde, il est déjà là. A force de penser, je n'avais pas eu le temps de me préparer. Me levant d'un seul coup, je me posais devant mon miroir pour rapidement me recoiffer, espérant être présentable.

Uniquement présentable, voyons. Ce n'est pas comme si j'examinais ma coupe de façon à ce qu'elle soit la plus attirante possible.

J'ouvris ensuite ma porte, souriant légèrement face à sa belle chemise à carreaux bleus et blancs et... Woh. Toujours aussi mignon, putain. Il n'aurait pas pu devenir moche depuis la semaine dernière ? Ca m'aurait éviter bien des emmerdes. … Et moins de mouchoirs à utiliser. Oh putain, je venais sincèrement de dire ça ? Tuez moi. Je me poussais pour le laisser passer. « Salut. Ca va et toi ? » J'espérais que ça aille, parce que lorsque je lui parlerais de mon sujet, ça n'allait probablement plus aussi bien aller. Je le laissais s'installer – mon lit, en l’occurrence, vu que je n'avais pas d'autres chaises que celle de mon bureau – et posais mon regard sur lui. « Tu veux boire quelque chose ? Et on peut commencer tout de suite ? » Plus vite on commencerait, plus vite on finirait et j'arrêterais de le mâter comme un idiot.

Et il ne souffrira pas longtemps. Du moins, je l'espérais.


(c) Tetsu

Revenir en haut Aller en bas


Nate H. Colwin
Nate H. Colwin
STITCH VIRIL


♣ messages : 120
♣ where are you : j'habite à l'université
♣ âge : 29
♣ métier/études : étudiant en photographie & bénévole à GFA


MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptyDim 10 Mai - 0:53




Spaces between us hold all our secrets
ft. Lilo d'amour



Nate entra, un léger sourire aux lèvres. Il aimait la chambre de Lilo. Elle était toujours bien rangé, contrairement à la sienne, mais il y avait toutes ces choses qui traînaient - des livres sur le bureau, un crayon sur la table de nuit, des vêtements - qui rappelaient l'existence de son occupant. Et surtout, surtout, il y avait l'odeur de Lilo. Partout. Comme un parfum d'ambiance, qui porterait son nom, et qui se serait imprégné sur les murs et sur le parquet. Et Nate adorait par dessus tout se retrouver entouré de LiloLiloLilo. Même si il ne savait pas vraiment pourquoi... C'était juste, rassurant. Apaisant.

Il s'assit sur le lit, suivant les mouvements du jeune homme avec une petite pointe de déception. Ah, ils ne s'asseyaient pas côte à côte ? Bon. Remarque, c'était compréhensible, Lilo serait plus à l'aise sur son bureau pour écrire et puis... être collé à lui n'était peut être pas une si bonne idée que ça. « Je vais bien oui. » Si tu savais comme je vais bien depuis que j'ai reçu ton putain de message, si tu savais comme j'attendais que tu me donnes enfin rendez vous, même si ce n'est que pour un de tes stupides devoirs de philosophie. Il étendit ses longues jambes sur le lit, et se laissa retomber sur l'oreiller.

Et ça aussi, c'était un peu comme découvrir une autre facette de Lilo. Percer sa carapace, ouvrir son coeur en grand, et y regarder avec une loupe. Parce que l'oreiller était couvert de son odeur, celle de son shampooing, de sa peau au réveil, et Nate avait tellement envie d'y plonger son visage que c'en était douloureux. En vérité, peut être que venir ici n'était pas une si bonne idée, parce que tout lui rappelait la sensation des lèvres de Lilo sur les siennes, et de la chaleur de sa peau.

En plus fort.
Plus désireux.

Comme pour un fruit interdit que l'on goûte une fois, par inadvertance, qui nous est retiré, et que, dès lors, on a envie de croquer en entier. Et ce fruit se trouvait juste en face de lui. Adorable. Inatteignable.

« Non, merci j'ai pas soif... Et on peut commencer. De toute façon on est là pour ça non ? » Il se mit à rire, même si cette phrase avait un petit goût amer. Comme si il aurait pu être là pour autre chose... Ce qui ne serait jamais le cas. Pour cacher sa gêne, Nate se mit en œuvre de coincer une mèche - ayant apparemment échappée au chignon - derrière son oreille, mordillant sa lèvre inférieure. « Par contre j'espère que tu n'attends pas que je t'aides à rédiger, enfin, tu sais que je suis pas super doué pour ça... D'ailleurs, pourquoi je suis là ? »

Parce que oui, Nate n'avait même pas songé un seul instant depuis le début que Lilo était biiiien plus doué que lui en philosophie, et qu'il n'avait aucunement besoin de son aide. Il se redressa légèrement et se mit à rire. « Je te manquais trop en fait ? » Ou pas. Sûrement pas même, parce que depuis leur échange assez... étrange de sms, Lilo n'avait pas donné signe de vie. Et si Nate avait passé ses nuits à rêver de leur putain de baiser qui n'était pourtant pas si excitant que ça, ni même fabuleux, il n'avait pas l'impression que la chose soit réciproque. Lilo était aussi distant qu'auparavant, avec son air studieux qu'il arborait lorsqu'il faisait ses leçons. Le Lilo d'avant en somme, quand rien ne s'était passé d'un peu trop intime.

Et Nate se sentit brusquement un peu con, parce que peut être que tout ça ne voulait rien dire pour Lilo, alors que lui était perturbé au point de passer une heure à chercher des vêtements adéquats à un simple après midi à faire de la philo... Bon.

C O D E © W H A T S E R N A M E .

Revenir en haut Aller en bas


Lilo E. Straton
Lilo E. Straton
La Lilo de son Stitch


♣ messages : 110
♣ where are you : Sous terre
♣ âge : 20
♣ métier/études : étudiant en philosophie renforcée / bénévole


MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptyDim 10 Mai - 13:48


 Spaces between us hold all our secrets

"Je voulais qu'il parte et je voulais qu'il reste, qu'il ne dise rien, qu'il me parle encore et qu'il s'en aille tout de suite, qu'il insiste pour boire un autre verre. " ▬ Valentine Goby


« Que produit la perte d'un être cher ? »

A vrai dire, je me demandais comment allait réagir Nate à tout ça. A mes questions. Ou plutôt, à ma question. Car je n'en n'avais qu'une seule. Je savais que cela suffirait pour me donner une idée, l'inspiration, la réflexion. Il ne suffisait parfois que d'un mot, d'un regard, pour tout comprendre. C'est comme cela que je trouvais toujours de nouvelles questions – grâce aux autres, quand je les observais. Leurs réactions face aux défis de la vie et autres conneries. Étrangement, j'avais l'impression que Nate réagirait assez mal. Il se braquerait sûrement, comme il l'a fait en sms. Je savais aussi que je forcerais jusqu'à ce qu'il craque, parce que j'étais ainsi – j'avais besoin de mes réponses. C'est sûrement pour tout ça que je me sentis soulagé lorsqu'il me dit qu'il allait bien. « Tant mieux. » Ça serait peut-être un peu moins difficile pour lui, ainsi.

J'étais tout de même curieux de savoir qui avait-il perdu et comment. C'était l'occasion rêvée d'en savoir un peu plus sur lui... Ses faiblesses, aussi. Pour l'instant il m'apparaissait comme le gars parfait, c'était agaçant. Et dérangeant. Et putain de trop attirant. J'espérais que ses faiblesses allaient me dégoûter de lui et que je pourrais enfin reprendre le cours de ma vie en me disant que je n'avais rien raté et qu'il était comme tous les autres : humain, vivant, douloureux. Qu'il était loin d'être parfait et beaucoup trop normal pour moi, parce qu'il représentait l'amour et que l'amour n'était pas fait pour moi. Oui vraiment, j'y croyais. Que j'allais enfin pour l'effacer de ma vie comme je tentais d'effacer Leelah.

Bien sûr que ça marchait, il suffisait de voir mon attelle pour le comprendre. Heureusement que ce n'était pas la main avec laquelle j'écrivais, cela aurait été problématique sinon.

Sinon, c'était un peu perturbant de le voir allongé sur mon propre lit. Complètement étendu sur MES draps, et ses boucles sur MON oreiller et... Non, ne pas imaginer son corps nu sous ses vêtements. Se calmer. Je lui adressais un petit sourire à sa remarque, allant me chercher un verre d'eau. « Oui, c'est vrai. » Bien sûr que je l'avais invité uniquement pour la philosophie. Je n'avais absolument pas eu envie de revoir ses yeux verts, ses boucles rebelles et son sourire... Pas du tout. Surtout que son sourire, il allait bientôt s'effacer. Je secouais la tête en revenant dans la chambre. « Non, t'inquiète pas. Tu auras juste à … Parler. Je m'occupe du reste. » Tu auras juste à me donner l'inspiration, ce ne sera pas très compliqué.

Je piquais un fard à sa question et bus mon verre d'un seul coup. Putain, j'étais beaucoup trop facile à discerner, c'était chiant. Je repartis poser mon verre, lançant un « Mais n'importe quoi » pas très convainquant à mon goût. « Tu es uniquement là... Pour me donner une idée, on va dire. Et un avis. Je n'aime pas me baser sur mes propres réflexions, ce n'est jamais entièrement objectif. » Je revins pour la seconde fois dans la chambre et m'installais sur la chaise, face à lui. Je plongeais mon regard dans le sien et lâchais de but en blanc. « Parle moi de la personne que tu as perdu. Qui était-elle, tes ressentis, tu peux même lui parler comme si elle était là si tu veux. » Je me mordillais la lèvre, gêné.  « Le sujet, c'est ce que produit la perte d'un être cher... Alors... Lâche toi. » Je ne le quittais pas du regard malgré le fait que j'étais énormément mal à l'aise. Ce n'était jamais simple de demander ce genre de choses, même pour moi. « Je ne jugerais pas. » Sinon ça serait, quelque part, me juger moi et ma fuite.

Ce qui serait vraiment, vraiment très hypocrite.


(c) Tetsu

Revenir en haut Aller en bas


Nate H. Colwin
Nate H. Colwin
STITCH VIRIL


♣ messages : 120
♣ where are you : j'habite à l'université
♣ âge : 29
♣ métier/études : étudiant en photographie & bénévole à GFA


MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptyDim 10 Mai - 16:53




Spaces between us hold all our secrets
ft. Lilo d'amour





C'est amusant comme le cerveau humain peut faire abstraction de certaines informations pour se concentrer sur d'autres. Par exemple, en entrant, Nate avait tout de suite analysé la chambre de Lilo, et l'odeur qui y flottait, mais il n'avait pas DU TOUT remarqué que le jeune homme portait une attelle. Ce qui était pourtant étonnant... Il se demanda brièvement comment Lilo avait réussi à se faire mal - parce qu'il avait l'air prudent quand même, et BEAUCOUP moins maladroit que lui ne l'était - mais à nouveau, son esprit divagua lorsqu'il le vit boire, parce que oui, même en buvant un PUTAIN de verre d'eau Lilo arrivait à être sexymignon et ça, ce n'était pas juste du tout.

Nate se mordilla la lèvre, fronçant les sourcils à l'explication de Lilo. Donner son avis ? Ah, c'était nouveau ça. Il n'était pas sur d'avoir un avis très... philosophique sur quoi que ce soit à vrai dire. Il était même plutôt du genre à se rabaisser continuellement, et à penser que ce qu'il pensait n'importait pas beaucoup pour les autres. Comme si les idées de Nate Colwin pouvaient changer la face du monde... Bref, c'était stupide de s'adresser à lui pour un travail de ce genre, et il allait le lui faire remarquer mais le jeune homme le devança.

Et non.
Non.
Non. Non. Non.

Il sentit son coeur s'affoler dans sa poitrine, et l'irrépressible envie de partir de cette chambre le plus vite possible l'assaillir, mais il était comme collé aux draps, ou peut être hypnotisé par les putains de pupilles bleus de Lilo qui semblaient lire dans son âme comme dans un livre ouvert.

Et c'était la chute.
Immense.
Longue.
Froide.

Une chute du haut du toit d'un immeuble, une chute où il allait finir écraser sur le bitume. Une chute qui portait le nom de sa sœur en lettres de sang, imprimé dans le ciel au milieu des nuages. Et aussi bizarre que cela puisse paraître, il revoyait tout, absolument tout. Ce soir embrumé par l'alcool, cette dispute idiote, lui qui avait refusé de partir, et elle un peu trop bourrée, et puis les cris, les larmes, l'odeur de l'hôpital et les fils reliant son corps pâle aux machines.

J'ai perdu quelqu'un.
Et Lilo le sait.
Comment il le sait ?
Comment il a compris ça putain ?


Nate se mit à respirer bruyamment, sentant la crise de panique arriver. Lilo n'avait pas le droit. Il n'avait pas le droit, putain, il avait pas le droit de lui demander un truc pareil aussi innocemment, et Nate avait envie de pleurer, tellement que ça lui brûlait les yeux, et aussi tellement envie de raconter, de ne plus être seul à porter tout ce poids, tout ces regrets, tout ces remords.

Et peut importe, au fond, il ne tenait pas à Lilo. Si celui ci fuyait après son récit, ça n'avait aucune importance.
Et il aurait une bonne note à son truc de philo, grâce à lui.
Un mal pour un bien.

Alors il releva les yeux et souffla, la voix basse. « Je ne comprends pas comment tu as deviné ça, mais soit, si ça peut t'aider alors je vais t'en parler. » Il se lécha les lèvres, avalant une nouvelle fois sa salive. Et il fixa le sol, longtemps. Parce que ça faisait mal, ça faisait mal de se souvenir et de chercher les bons mots, pour raconter de la manière qu'il le souhaitait.

Même après deux ans, la blessure était toujours ouverte.

Il se redressa, se calant contre le coussin, et ferma totalement les paupières. C'était plus facile dans le noir complet. Comme celui qui avait englouti Jade. « J'ai perdu ma sœur. Elle s'appelait Jade, et elle était formidable. C'était quelqu'un de formidable, mon modèle. Elle m'aimait, elle m'aimait tellement, et moi aussi je l'aimais tellement. Je voulais même l'épouser quand j'étais petit, je me souviens je lui avais offert une bague en plastique que j'avais acheté 1€ à un distributeur. »

Elle s'appelait Jade et elle me manque tellement putain, tu peux même pas savoir combien elle me manque, combien je veux revoir chacun de ses sourires, et entendre à nouveau son rire. Je veux qu'elle me saute encore dessus, en m'ébouriffant les cheveux, qu'elle me dise que je suis son frère adoré, et que je suis con et moche mais qu'elle m'aime quand même et que personne à part elle n'a le droit de me toucher.

Il arrive un moment où la douleur est telle, que les mots coulent au même rythme que les larmes.

C O D E © W H A T S E R N A M E .

Revenir en haut Aller en bas


Lilo E. Straton
Lilo E. Straton
La Lilo de son Stitch


♣ messages : 110
♣ where are you : Sous terre
♣ âge : 20
♣ métier/études : étudiant en philosophie renforcée / bénévole


MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptyDim 10 Mai - 18:56


 Spaces between us hold all our secrets

"Je voulais qu'il parte et je voulais qu'il reste, qu'il ne dise rien, qu'il me parle encore et qu'il s'en aille tout de suite, qu'il insiste pour boire un autre verre. " ▬ Valentine Goby


« Que produit la perte d'un être cher ? »

Le verre. Le verre, ça se fissure facilement, il suffit d'une chute, une simple poussée et il se brise entre nos doigts, sans rien que l'on puisse faire. Le verre, c'est beau, ça brille, ça a l'air parfait, mais le verre est éphémère, le verre est fragile. Le verre est l'homme. Nate chute sous mes yeux. Son sourire s'efface, son regard devient vide, triste, un puits sans fond. J'ai touché son point sensible, l'endroit où il était le plus fragile. Une simple poussée et il s'est brisé, comme le verre. Il respire fort, il perd la tête. Panique. Panique. Je ne bouge pas. Que pourrais-je dire ? C'est moi qui a déclenché tout ça. Je ne peux rien dire, et je n'en n'ai pas envie. C'est son combat. Je me mordille la lèvre, gêné, mal à l'aise.

Je l'ai un peu plus brisé, je le sais.

Je crois qu'il ne se souvient pas de notre conversation lors de notre sortie photos. Lorsqu'il m'avait parlé de l'amour, de la douleur, de la disparition. Je crois qu'il ne se souvient pas non plus de sa promesse de m'en parler quand il en serait capable. Je l'ai brusqué, précipité. En fait, il pourrait même me détester pour ça. J'ignore la douleur dans mon cœur à cette pensée. Non, ce n'est pas grave, ça serait même mieux. Je murmurais, sur le même ton que lui : « C'est toi qui m'en avait parlé. Ton discours sur l'amour, ta promesse... » A ce niveau, je ne l'avais même plus deviné : il me l'avait avoué tout seul. Anxieux, je portais mon stylo à mes lèvres, le mordillant lentement. Je n'arrivais pas à détacher mon regard de son visage souffrant et de son regard triste.

J'aurais dû avoir envie de fuir face à tant de douleur, mais c'était l'inverse.

Et aussitôt le « J'ai perdu ma sœur » prononcé, je sus ce que j'allais mettre sur mon devoir. Me retournant vers mon bureau, je me mis à écrire. C'était évident. Un déclic. Tout était dans le son de sa voix, alors qu'il parlait, parlait encore. Je crois qu'il ne s'en rendait même plus compte. Il avait les yeux fermés, et il souffrait, sa voix résonnant douloureusement sur les murs. Et mes mains qui volaient sur le papier. C'était le bordel, ça fusait, heureusement que ce n'était qu'un brouillon et que je rédigerais correctement après.

Lorsque l'on perd quelqu'un de cher, plusieurs sentiments nous assaillent et s'installent dans notre cœur.
Il y a la tristesse.
La colère.
Le regret.
Le manque.

Avec le temps, tous ces sentiments s'effacent petit à petit. Le pincement que l'on ressent au souvenir de la personne s'estompe. Il ne devient plus qu'un sourire nostalgique. Il ne reste plus qu'un vide, un creux, mais on sait que l'on n'y peut rien et qu'on vivra avec. On l'accepte. C'est la dernière étape du deuil : l'acceptation.
Mais il y a une chose qui ne disparaît jamais.
Qui reste ici et qui se ressent à chaque fois que l'on parle de cette personne, qui se lit dans notre regard, dans nos gestes, sur notre visage.
C'est la culpabilité.
Il y a plusieurs sortes de culpabilité qui apparaissent à ce moment là. Celle de n'avoir pas été là. De ne rien n'avoir pu faire. Celle de ne pas avoir réagit à temps. Mais quoi qu'il en soit, cela reste le même principe : on s'en veut d'avoir perdu cet être cher. On se maudit. Puis, si on le peut, on projette cette culpabilité sur quelqu'un d'autre. Celui qui a tué cet être cher. Si l'assassin n'est pas sur Terre, on accuse la Mort, car l'humain a toujours besoin d'un coupable.
Et puis il arrive que, parfois, on garde cette culpabilité en nous jusqu'à la laisser s'emparer de notre être, entièrement, jusqu'à ce qu'elle nous ronge.
Et, dans notre tête, nous devenons l'assassin. Cela, on ne s'en défait pas, jamais, quoi que l'on puisse nous dire.


Brouillon, brouillon, brouillon. Ce n'est pas grave, je tiens l'idée, elle est là, mais Nate n'est plus. Il s'est tut à présent. J'ai tout entendu. Ce n'est pas parce que j'écrivais que je n'écoutais pas. Ses mots ont écorché les miens sur la feuille de papier. Je remonte mon regard vers lui, et il pleure. « Je ne peux pas te réconforter. » Ma voix est un peu plus calme, un peu plus forte que précédemment aussi. « Je ne peux pas, et je ne le veux pas. » C'est à lui de le faire tout seul. « Mais je suis réellement... Réellement désolé pour ta sœur. » Désolé que tu en souffres autant. Désolé de ne pas être doué avec les mots rassurants. Désolé. Je pose mon stylo et frotte ma main sur mon visage d'un air lasse.

Le pire dans tout cela, c'est que son air détruit me donnait encore plus envie de l'embrasser.

De lier mes lèvres aux siennes et de tarir ses larmes.

« Et puis merde » Que je siffle. Je bondis de ma chaise, grimpais sur le lit et l'attrapais par le col pour l'allonger sur les draps et me mettre au-dessus de lui, faisant bien attention à ne pas bouger mon bras blessé. Et pour la deuxième fois de mon court semblant de vie, je liais mes lèvres aux siennes dans un baiser beaucoup moins timide que la dernière fois. Un frisson me parcourut l'échine et pour la seconde fois, je priai pour que cela ne s'arrête jamais. J'attendis qu'il encaisse le choc pour le laisser entrouvrir les lèvres, liant ma langue à la sienne. Je ne voulais plus reculer, je voulais rester collé à ses douces lèvres jusqu'à la fin de mes jours.

Mais le souffle commença à me manquer alors je reculais mon visage de quelques millimètres, glissant ma main valide dans ses boucles désordonnées. « Comment tu fais ? » Que je souffle entre ses lèvres. « Comment tu fais pour être encore plus attirant lorsque tu souffres ? » Je joue avec ses cheveux, murmurant le plus bas possible. « Qu'est-ce que tu m'as fais, à moi ? »

Et je liais de nouveau nos lèvres dans un baiser enfievré.

Le verre se brise, tinte à nos oreilles comme un bruit assourdissant. Le verre se brise, le verre s'enlise.
Mais il arrive que le verre se recolle, se ressoude et soit de nouveau entier malgré les fissures visibles à vie.



(c) Tetsu

Revenir en haut Aller en bas


Nate H. Colwin
Nate H. Colwin
STITCH VIRIL


♣ messages : 120
♣ where are you : j'habite à l'université
♣ âge : 29
♣ métier/études : étudiant en photographie & bénévole à GFA


MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptyDim 10 Mai - 21:38




Spaces between us hold all our secrets
ft. Lilo d'amour





Nate se perd dans ses pensées. Dans ses souvenirs. Des images mouvantes et troubles, de ce soir, ce soir qu'il aurait préféré oublier. Mais c'est fou comme il se souvient bien, des gens qu'il y avaient, de l'atmosphère qu'il régnait, de l'odeur de sueur, de drogue, d'herbe et d'alcool, de la musique qui passait.

Alors il raconte. Tout. Dans les moindres détails. Il sait que la moitié ne servira jamais à Lilo, et que c'est juste inutile, mais au fond, il parle surtout pour lui. Toutes ces choses qu'il avait enfoui profondément dans sa poitrine, et qu'il refusait de dévoiler, elles s'échappent, elles s'envolent, et une partie de son malaise avec.

Il se sent léger. Tellement léger.
Il ne pensait pas que ce serait aussi libérateur, de raconter.

Alors il continue. Il parle de l'accident, un peu, mais les mots ont du mal à sortir, ils lui écorchent la bouche. Et puis il n'était pas là, c'est seulement un rapport de police, un truc qu'il s'est imaginé lui même après coup, rajoutant au fur et à mesure des détails sordides, qui n'ont peut être jamais existé. Il s'en rend compte, quand il raconte, qu'il ne sait pas vraiment la vérité. Est ce que Jade pensait à lui, sur le chemin du retour ou est ce qu'elle était bourrée au point d'avoir oublié son propre prénom ? Il ne sait pas. Il ne saura jamais.

Alors il passe. L'hôpital, ça c'est facile. Il a encore le goût acre de ses larmes sur le bout de sa langue, et le souvenir étouffant de l'odeur de la mort. La mort. Tu connais l'odeur de la mort, Lilo ? Tu sais à quel point elle est fade, et affreuse à la fois ? Tu sais qu'elle est froide et rigide, distante et proche à la fois ? Tu sais qu'elle est pâle et morne et qu'elle fait tellement peur. J'ai peur de la mort Lilo, j'ai peur de mourir, j'ai tellement peur de n'être plus qu'un corps inerte et blanc moi aussi...

Et j'ai tout raté, c'est de ma faute si elle a été emporté, c'est de ma faute, parce que je n'ai pas dit non ce soir là, je l'ai laissé sortir, je savais pas, et on devrait toujours réfléchir, ne pas laisser partir les gens sans leur avoir dit je t'aime. Dit toujours aux gens qui comptent pour toi que tu les aimes Lilo, fais le pour moi, parce que si tu savais comme je m'en veux de l'avoir quitté sur une dispute, putain.


Il pleure. Il ne peut plus s'arrêter maintenant. Il n'a plus rien à dire, tout le reste est bloqué dans sa gorge et il suffoque, il suffoque sous la douleur des remords, et le besoin qu'il a de la revoir en vie. Souriante. Echanger son existence contre la sienne, parce qu'elle le mériterait tellement.

Il ne comprend pas lorsque Lilo se jette sur lui. Il ne comprend pas son « Et puis merde » ni l'empressement avec elle il plonge sur ses lèvres. Mais qu'est ce que c'est bon, qu'est ce que ça fait putain de bien, un corps chaud contre le sien, ravagé par les larmes. C'est peut être même la seule chose dont il avait besoin à présent. Lilo. Lilo et son odeur rassurante. Lilo et ses yeux bleus océans.

Et merde.
Cette histoire ne rime à rien.
Sa vie n'a jamais rimé à rien.

Mais il a envie de Lilo, depuis le premier jour, depuis la première fois.

Alors il se laisse aller, lentement. Ses lèvres s'entrouvrent. Il ferme les yeux. C'est doux. Il n'a jamais été embrassé comme ça, comme si Lilo avait peur de le blesser ou comme si... il ne savait pas vraiment comment faire. Peut être que c'est la première fois qu'il embrasse quelqu'un ? Peut importe. Il glisse sa langue contre la sienne, et tout son corps s'électrise, parcouru d'un frisson nouveau, tellement agréable. C'est lent. Ce sont juste deux bouches qui se découvrent, deux âmes qui s'embrassent et Nate adore ça. Il voudrait que cela dure tout le temps. Pour l'éternité. C'est comme un cocon de douceur au milieu de la tempête de ses souvenirs.

Lilo se détache doucement, Nate ferme les yeux. Il ne comprend pas vraiment ce qu'il lui dit, ou plutôt, il ne sait pas comment l'interpréter. Il a envie qu'il l'embrasse à nouveau, juste ça. Et Lilo repose ses lèvres sur les siennes. Beaucoup plus avidement. Nate pose ses mains sur ses hanches et l'attire contre lui. Ses pouces soulèvent son t-shirt et il caresse lentement sa peau nue. Elle est douce, sa peau. Beaucoup plus douce que dans ses rêves. Il mordille sa lèvre inférieure, la suce doucement, jusqu'à ce qu'elle devienne rouge et gonflée. Alors il la lâche et descend embrasser sa mâchoire. Partout. Il laisse la trace de ses baisers. Contre son cou. Il lèche sa peau, juste un peu, presque timidement, pour en connaître la saveur.

Et ce n'était peut être pas une bonne parce qu'à présent, il a envie de la goûter toute entière.

Il retourne chercher ses lèvres et l'embrasse à nouveau. « C'est... Bizarre... » La langue de Lilo est tellement chaude et douce. Et ses yeux tellement bleus dans les siens. « Je croyais que ta main te suffisait... » Embrasse moi encore. Laisse moi me perdre dans ton souffle. Longtemps. Je veux mourir contre tes lèvres. Un murmure, un peu rauque. Désireux. « Si tu savais depuis combien de temps je rêvais de ce moment... »

C O D E © W H A T S E R N A M E .


_________________
[hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate Tumblr_nf5g26PC0A1sbj1nvo6_r1_250 [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate Tumblr_nf5g26PC0A1sbj1nvo4_r3_250

Nos vies se débattent, crient dans la nuit, hurlent et tremblent de peur.
Infiniment nous cherchons un abri.
Un lieu où le vent siffle moins fort.
Un endroit où aller. Et cet abri est un visage, et ce visage nous suffit.

#669966

Revenir en haut Aller en bas


Lilo E. Straton
Lilo E. Straton
La Lilo de son Stitch


♣ messages : 110
♣ where are you : Sous terre
♣ âge : 20
♣ métier/études : étudiant en philosophie renforcée / bénévole


MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptyMar 12 Mai - 22:18


 Spaces between us hold all our secrets

"Je voulais qu'il parte et je voulais qu'il reste, qu'il ne dise rien, qu'il me parle encore et qu'il s'en aille tout de suite, qu'il insiste pour boire un autre verre. " ▬ Valentine Goby


« Que produit la perte d'un être cher ? »

J'aurais voulu pouvoir dire que toute cette douleur était effrayante.
Douleur dans ses baisers au goût salé.
Douleur dans sa peau trempée que je caresse de mes mains.
Douleur dans ses yeux verts assombris.
Douleur partout.
Douleur toujours.

Mais en vérité, en vérité, cette douleur m'attire comme un aimant. Pour la première fois de ma vie, je voudrais recouvrir la douleur de quelqu'un, l'apaiser. L'effacer par mes gestes. Aussi, pour la première fois de ma vie, mon cerveau s'est presque complètement éteint. Plus de pensées inutiles, plus de réflexions étirées à l'infini. Juste NateNateNate et le toucher. Partout. Caresser sa peau. Je suis un peu perdu, maladroit, je ne sais pas trop comment faire, je n'ai jamais été comme ça avec quelqu'un d'autre. Nate, lui, il est déjà loin. Il est méticuleux, précis, il est dans mon cou et sur mon torse, il est partout et nul part à la fois.

Nul part. Je voudrais plus.

Je gémis comme un idiot. J'étais beaucoup trop sensible, c'était nouveau, inconnu, effrayant. Mais je ne fuirais pas. Pour la première fois de toute ma misérable existence, j'avais envie de découvrir quelque chose de nouveau, quitte à m'y blesser. Juste pour ce soir. Juste pour ce soir, tenter de vivre un peu. Je remonte mon regard interrogateur jusqu'à ses yeux à son « C'est bizarre. » Qu'est-ce qui est bizarre ? Que je lui ai sauté dessus comme ça ? J'ai l'impression de n'être plus moi. De m'être perdu entre ma feuille de papier où traînent mes mots inutiles et ce lit, son corps, sa peau. Mais non. La seule chose que cet idiot trouve à faire, c'est répété ce que je lui avais dis en texto. Je rougis stupidement et donnais un léger coup dans son épaule. « Ferme la... »

Mon regard le fuit à sa dernière remarque et je souffle. « Si tu savais depuis combien de temps j'ai fuis ce moment. »

Je ne voulais pas le blesser. C'était juste la vérité. J'avais repoussé cette idée loin, très loin de moi, je l'avais niée et réfutée. J'avais voulu qu'elle ne reste un simple fantasme, un simple mirage. L'amour n'était pas fait pour moi. Assis sur son bassin, le souffle court, les cheveux sûrement dans un bordel pas possible, je tentais de retrouver mes esprits. De m'accrocher à une idée, de retrouver mon bon sens. L'amour n'était pas fait pour moi. J'avais beau me répéter cette phrase en boucle dans ma tête, elle semblait vide là tout de suite, alors que Nate était devant moi, désireux. Même Leelah me semblait floue, lointaine, en cet instant. Et ça, c'était vraiment bizarre. Fermant un instant les yeux, j'essayais vainement de me reconnecter à la réalité.

Puis, j'abandonnais de nouveau et un sourire pervers naquit sur mes lèvres alors que je remuais du bassin pile sur son entrejambe avant de retirer mon haut de ma main valide – ce qui fut une grande affaire, me battant pour passer ma tête au travers en grommelant. Mouais, ce n'était mais alors pas du tout dans les films ou dans les livres.

Et là, tout de suite, alors que mon tee-shirt tombait sur le sol, je me sentis particulièrement stupide.

Stupide d'être là.
Stupide de l'avoir embrassé.
Stupide de ne pas l'avoir fait plus tôt.
Stupide.

Je déglutis, plongeant mon regard dans le sien. « Je... » Panique. « … J'ai envie de toi. » Je ne savais pas si je pouvais être plus rouge qu'en cet instant. Je portais ma main à mon visage, le frottant en toussotant un peu. J'étais vraiment con, quand je le voulais.

(c) Tetsu

Revenir en haut Aller en bas


Nate H. Colwin
Nate H. Colwin
STITCH VIRIL


♣ messages : 120
♣ where are you : j'habite à l'université
♣ âge : 29
♣ métier/études : étudiant en photographie & bénévole à GFA


MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptyJeu 14 Mai - 13:29




Spaces between us hold all our secrets
ft. Lilo d'amour





Nate ferme les yeux. Il s'abandonne. Est ce qu'il peut faire autre chose que s'abandonner de toute façon ? C'est étrange. Il a l'impression d'être ce héros de roman... Un truc qu'il a lu il y a longtemps. D'un auteur français. Il ne sait plus très bien. Mais il y avait ce moment - c'était très beau - où le personnage était sur une plage et le soleil tapait si fort sur son visage qu'il ne comprenait plus vraiment ce qu'il faisait. C'est pour ça qu'il avait tué un mec d'ailleurs. Parce qu'il ne savait plus.

Nate n'allait pas tuer Lilo, heureusement, mais la chaleur l'accablait de la même manière. En fait, il devait sûrement rêver. Parce que dans la réalité, jamais Lilo ne serait assis sur son bassin et ne le regarderait avec autant d'envie. Jamais. Le problème c'est qu'il y avait beaucoup de choses qui ne concordaient pas avec un rêve, et merde, il faisait vraiment chaud. Au moins, ça, c'était bien réel.

Le jeune homme laissa retomber sa tête sur l'oreiller, le souffle court. Il regarda Lilo, longuement. Ses lèvres roses et gonflées, à force d'avoir été embrassées. Ses cheveux en pagaille, son sourire. Il était beau. Il était vraiment beau, un petit rayon de soleil à lui tout seul. Un ange à la peau dorée, un ange aux yeux bleus comme le ciel, bleus comme la mer. Et Nate savait qu'il était juste totalement foutu, qu'il ne partirait pas de cette chambre avant de l'avoir découvert en entier.

Et il en fut encore plus certain lorsque Lilo remua contre lui, lui tirant un gémissement étouffé. Bordel que c'était bon. Et bordel ce que ça faisait longtemps qu'il... bref. Il se mordilla la lèvre, regardant le jeune homme enlever son t-shirt avec difficulté. Peu importe. Nate dévorait des yeux ce qu'il voyait. Comme au lac. Sauf que cette fois, sa peau était vraiment proche, et il avait le droit de le toucher... Il avait le droit non ?

« Je... J'ai envie de toi. »

Oui.

Il sourit, se sentant rougir à son tour. Bizarre. Nate n'avait jamais été... gêné. Avec aucun de ses partenaires. Mais les joues rouges de Lilo, et la façon qu'il avait de fuir son regard le faisait se sentir tout petit. Comme un gamin qui découvrirait la vie pour la première fois. Il hocha lentement la tête, et laissa passer un silence avant d'attirer Lilo contre lui. Il embrassa doucement son cou, respirant l'odeur de ses cheveux, de sa peau.

« Moi aussi, j'ai envie. » Sa voix n'était qu'un murmure et il ferma quelques secondes les yeux avant de l'embrasser. Ce n'était pas comme avant, désireux, envieux, affamé. C'était juste doux, comme une promesse pour la suite. Il laisse errer ses doigts contre son ventre, son dos. Il aimait la façon qu'avait Lilo de frissonner inconsciemment à son contact, il aimait la manière dont son bassin se pressait lentement contre le sien, et il aimait le goût de sa langue, de sa lèvre inférieure lorsqu'il la léchait doucement. Et Lilo avait du être fait pour être caresser, embrasser, embraser, parce que son corps réagissait étonnamment bien à celui de Nate. Et c'était agréable, d'avoir l'impression d'avoir été fait pour quelqu'un.

Le jeune homme le repoussa doucement, pour pouvoir détacher les boutons de sa chemise. Heureusement qu'il ne l'attachait jamais jusqu'en haut parce que vu la façon dont ses doigts tremblaient, ils en auraient eu pour la soirée. Il la balança négligemment sur le t-shirt de Lilo et l'attrapa à nouveau par la taille. Brûlant.

Il n'y avait plus de douceur dans ce baiser là, il était juste avide. « J'ai tellement envie de toi... » Un souffle sur ses lèvres. Il glisse sa main dans ses cheveux et regrette un instant d'avoir attaché les siens. Il aimerait sentir les doigts de Lilo dans ses boucles. Il embrasse son cou, mordille sa peau. « Tout le temps. A chaque fois que l'on travaillait ensemble... » Il bouge ses hanches et la friction de son jean contre celui de Lilo devient insupportable. « J'avais envie de t'embrasser. » Ses yeux viennent s'ancrer dans ceux de Lilo et il pose ses doigts sur sa ceinture. Il caresse le bas de son ventre, comme pour demander l'autorisation d'aller plus loin. « Tu, tu l'as déjà fait ? Avec un mec je veux dire... Je me doute que tu l'as déjà fait mais... » Il se mordille la lèvre. Après tout non, peut être que Lilo n'a jamais rien fait du tout, et avec personne.

D'un mouvement de bassin, il le fait basculer en arrière et se retrouve à quatre pattes au dessus de lui. Il l'embrasse à nouveau, longuement. Vivement. « Je suis désolé... Je parle tout le temps quand...  » quand je baise ? Non. Il n'est pas en train de vouloir baiser Lilo là. C'est très différent. Ce n'est pas de l'amour, c'est autre chose. Mais pas une vulgaire partie de plaisir en tout cas. Son souffle devient plus rapide et il frotte son entrejambe contre celle de Lilo. Un gémissement lui échappe, un peu rauque. Putain que c'est bon, et putain ce que ça faisait longtemps.

« Déshabilles moi, s'teu plaît... j'ai trop chaud... »

Et tout mon corps brûle.

C O D E © W H A T S E R N A M E .

Revenir en haut Aller en bas


Lilo E. Straton
Lilo E. Straton
La Lilo de son Stitch


♣ messages : 110
♣ where are you : Sous terre
♣ âge : 20
♣ métier/études : étudiant en philosophie renforcée / bénévole


MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptyJeu 14 Mai - 16:03


 Spaces between us hold all our secrets

"Je voulais qu'il parte et je voulais qu'il reste, qu'il ne dise rien, qu'il me parle encore et qu'il s'en aille tout de suite, qu'il insiste pour boire un autre verre. " ▬ Valentine Goby


« Que produit la perte d'un être cher ? »

Il y avait différentes façons de gérer la douleur. Chaque personne avait une manière particulière de le faire, d'y réagir. On pouvait être en colère. Faire abstraction. Tenter de l'oublier. Dans la boisson, dans le travail, dans le sexe. Pleurer toutes les larmes de son corps tout en mangeant de la glace. J'aurais pu croire, en cet instant, qu'il cherchait uniquement à oublier sa sœur, à effacer ma question et sa réponse. J'aurais pu y croire, m'y accrocher pour ne pas sombrer dans ses yeux verts qui me dévoraient du regard et fuir, loin, très loin de tout ce bordel sans logique qu'on était en train de créer. Le problème est que ça ne me dérangerait pas. Le problème est que, même si c'était le cas, même si il oubliait vraiment Jade dans ses caresses, dans ses baisers, ça ne m'effrayerait pas.

Comme si je voulais bien qu'il m'utilise. Comme si je voulais bien participer à son oubli de quelques heures.

Et alors qu'il m'attirait vers lui pour embrasser mon cou, je me rendis compte que je m'en foutais, en fait. Je me foutais qu'il m'utilise ou non. Tout ce que je voulais, c'était qu'il continue de me regarder ainsi. Comme si il voulait me posséder, me dévorer. Tout ce que je voulais, c'était continuer de sentir cette bosse contre mon bassin, avoir l'impression d'exciter quelqu'un et de n'exister que pour ça. Tant pis pour ce qu'il se passera après. Tant pis pour la prise de risques. Tant pis pour les blessures, les fissures. Tant pis. Je prendrais la fuite plus tard, un autre jour, à un autre moment. Et il m'embrassa. C'était doux, c'était tendre. Comme une promesse. Promesse éphémère. Ses doigts étaient partout. Ventre, dos, il était partout autour de moi, il me hantait, il me maniait à sa guise, créait des frissons sur mon corps sans que je ne puisse le contrôler.

Je ne contrôlais plus rien. Et ça ne m'effrayait même plus. Je m'y noyais juste.

Puis il me repousse et déboutonne sa chemise. Ses mains tremblent. Je regarde le tissu s'en aller de ses épaules, son torse découvert, ses tatouages. Ses merveilleux tatouages. Je tends la main, en redessine les contours. Ils sont merveilleux. Surtout les hirondelles. Je ne fais que frôler sa peau, comme si je pouvais l'abîmer, comme si ses dessins pouvaient se craqueler. Puis il m'embrasse. Ce baiser m'échauffe encore plus, il me dévore les lèvres et je voudrais que ça ne s'arrête jamais. Puis, son souffle sur mes lèvres. Ses doigts dans mes cheveux et ses mots, ses mots qui cognent les murs, se balancent comme des aveux secrets. Je ne sais pas quoi dire, j'ai oublié comment est-ce qu'on parlait. Alors je le regarde. Je plonge dans ses émeraudes et je m'y accroche de toutes mes forces. Sa question me fait rougir, enfin, si c'était encore possible.

Si je l'avais déjà fait. Avec un homme.

Je n'avais jamais touché, ni même embrassé quelqu'un d'autre avant lui. Parce que je n'en ressentais pas l'envie, ni le besoin. Parce que j'avais toujours repoussé cette idée loin de moi, je l'avais toujours remise à plus tard. Plus tard. Quand, peut-être, j'aurais cessé de n'être qu'un fantôme, de passage. Quand, peut-être, je me serais mis à vivre, ce qui je le savais, ne serait sûrement jamais possible. Je n'ai pas le temps de répondre, ou peut-être que je n'y arrive pas avant qu'il ne me fasse basculer en arrière. Je me rattrape avec ma main valide, lentement, m'allongeant sur les draps avec précaution. Mon bras me faisait toujours un mal de chien, après tout.

Puis il s'excuse et il me fait penser à un chaton. Tout peiné. Tout mignon. Je tends la main et caresse sa joue.

J'aimais bien quand il parlait. Quand il remplissait le silence d'autres choses que des gémissements. Ca rendait tout ça un peu plus réel, un peu moins lourd à porter. Et puis, j'adore sa voix, un peu rauque par le désir, grave et suave. Si belle, sa voix. Si envoûtante. Mais je ne peux pas y répondre, tous mes mots sont coincés dans ma gorge et j'ai peur de voir ce qui sortirait si je les poussais jusqu'à mes lèvres. Il frotte son entrejambe à la mienne et un vertige fait tourner le plafond au-dessus de moi. Je crois que j'ai gémis. Je n'en suis même pas sûr.

Sa demande.
Mon regard coule sur son corps, son torse.
Et, malgré la gêne, j'attrape sa ceinture et la décroche, faisant de même pour son bouton. Sa fermeture éclair descends lentement, passant sur la bosse qui déformait complètement son jean slim. Grand Dieu, qu'il était serré, et beau et... Son pantalon glisse sur ses jambes et, aussitôt, mes doigts se posent sur ses hanches, caressant sa peau, s'imprégnant de sa douceur, la gravant dans ma mémoire à jamais. Mes doigts passent sur l'élastique de son caleçon et je happe ses lèvres, le faisant suivre le même chemin que le jean.

Et puis.
404 error.
Mon cerveau rendit les armes et, bizarrement, je recouvrais la parole.

Putain c'est... Gros. « Je... J'ai jamais... » Je déglutis en regardant son sexe dressé devant moi. « Jamais fait ça... Avec personne... » Et là, c'était vraiment la honte parce que je ne savais VRAIMENT pas quoi faire à part fixer son entrejambe et avoir envie de la toucher, de la sentir contre ma paume sans pour autant savoir comment faire.

Mon Dieu, tuez moi, enterrez-moi, je veux disparaître.

(c) Tetsu



Dernière édition par Lilo E. Straton le Dim 24 Mai - 0:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


Nate H. Colwin
Nate H. Colwin
STITCH VIRIL


♣ messages : 120
♣ where are you : j'habite à l'université
♣ âge : 29
♣ métier/études : étudiant en photographie & bénévole à GFA


MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptyVen 15 Mai - 16:10

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Lilo E. Straton
Lilo E. Straton
La Lilo de son Stitch


♣ messages : 110
♣ where are you : Sous terre
♣ âge : 20
♣ métier/études : étudiant en philosophie renforcée / bénévole


MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptySam 23 Mai - 23:54

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Nate H. Colwin
Nate H. Colwin
STITCH VIRIL


♣ messages : 120
♣ where are you : j'habite à l'université
♣ âge : 29
♣ métier/études : étudiant en photographie & bénévole à GFA


MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptyDim 24 Mai - 23:46

Spoiler:
 

_________________
[hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate Tumblr_nf5g26PC0A1sbj1nvo6_r1_250 [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate Tumblr_nf5g26PC0A1sbj1nvo4_r3_250

Nos vies se débattent, crient dans la nuit, hurlent et tremblent de peur.
Infiniment nous cherchons un abri.
Un lieu où le vent siffle moins fort.
Un endroit où aller. Et cet abri est un visage, et ce visage nous suffit.

#669966

Revenir en haut Aller en bas


Lilo E. Straton
Lilo E. Straton
La Lilo de son Stitch


♣ messages : 110
♣ where are you : Sous terre
♣ âge : 20
♣ métier/études : étudiant en philosophie renforcée / bénévole


MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptyLun 25 Mai - 0:58

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Nate H. Colwin
Nate H. Colwin
STITCH VIRIL


♣ messages : 120
♣ where are you : j'habite à l'université
♣ âge : 29
♣ métier/études : étudiant en photographie & bénévole à GFA


MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptyLun 25 Mai - 1:36

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Lilo E. Straton
Lilo E. Straton
La Lilo de son Stitch


♣ messages : 110
♣ where are you : Sous terre
♣ âge : 20
♣ métier/études : étudiant en philosophie renforcée / bénévole


MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptyLun 25 Mai - 2:18

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Nate H. Colwin
Nate H. Colwin
STITCH VIRIL


♣ messages : 120
♣ where are you : j'habite à l'université
♣ âge : 29
♣ métier/études : étudiant en photographie & bénévole à GFA


MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptyDim 28 Juin - 16:36

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Lilo E. Straton
Lilo E. Straton
La Lilo de son Stitch


♣ messages : 110
♣ where are you : Sous terre
♣ âge : 20
♣ métier/études : étudiant en philosophie renforcée / bénévole


MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptyDim 28 Juin - 19:34

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Nate H. Colwin
Nate H. Colwin
STITCH VIRIL


♣ messages : 120
♣ where are you : j'habite à l'université
♣ âge : 29
♣ métier/études : étudiant en photographie & bénévole à GFA


MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptyMer 1 Juil - 19:58

Spoiler:
 

_________________
[hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate Tumblr_nf5g26PC0A1sbj1nvo6_r1_250 [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate Tumblr_nf5g26PC0A1sbj1nvo4_r3_250

Nos vies se débattent, crient dans la nuit, hurlent et tremblent de peur.
Infiniment nous cherchons un abri.
Un lieu où le vent siffle moins fort.
Un endroit où aller. Et cet abri est un visage, et ce visage nous suffit.

#669966

Revenir en haut Aller en bas


Lilo E. Straton
Lilo E. Straton
La Lilo de son Stitch


♣ messages : 110
♣ where are you : Sous terre
♣ âge : 20
♣ métier/études : étudiant en philosophie renforcée / bénévole


MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptyMer 1 Juil - 23:26

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Nate H. Colwin
Nate H. Colwin
STITCH VIRIL


♣ messages : 120
♣ where are you : j'habite à l'université
♣ âge : 29
♣ métier/études : étudiant en photographie & bénévole à GFA


MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptyVen 14 Aoû - 20:44

Spoiler:
 

_________________
[hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate Tumblr_nf5g26PC0A1sbj1nvo6_r1_250 [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate Tumblr_nf5g26PC0A1sbj1nvo4_r3_250

Nos vies se débattent, crient dans la nuit, hurlent et tremblent de peur.
Infiniment nous cherchons un abri.
Un lieu où le vent siffle moins fort.
Un endroit où aller. Et cet abri est un visage, et ce visage nous suffit.

#669966

Revenir en haut Aller en bas


Lilo E. Straton
Lilo E. Straton
La Lilo de son Stitch


♣ messages : 110
♣ where are you : Sous terre
♣ âge : 20
♣ métier/études : étudiant en philosophie renforcée / bénévole


MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptyLun 14 Sep - 13:16

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Nate H. Colwin
Nate H. Colwin
STITCH VIRIL


♣ messages : 120
♣ where are you : j'habite à l'université
♣ âge : 29
♣ métier/études : étudiant en photographie & bénévole à GFA


MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptyMar 22 Sep - 21:16

Spoiler:
 

_________________
[hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate Tumblr_nf5g26PC0A1sbj1nvo6_r1_250 [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate Tumblr_nf5g26PC0A1sbj1nvo4_r3_250

Nos vies se débattent, crient dans la nuit, hurlent et tremblent de peur.
Infiniment nous cherchons un abri.
Un lieu où le vent siffle moins fort.
Un endroit où aller. Et cet abri est un visage, et ce visage nous suffit.

#669966

Revenir en haut Aller en bas


Lilo E. Straton
Lilo E. Straton
La Lilo de son Stitch


♣ messages : 110
♣ where are you : Sous terre
♣ âge : 20
♣ métier/études : étudiant en philosophie renforcée / bénévole


MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate EmptyDim 4 Oct - 14:29


 Spaces between us hold all our secrets

"Je voulais qu'il parte et je voulais qu'il reste, qu'il ne dise rien, qu'il me parle encore et qu'il s'en aille tout de suite, qu'il insiste pour boire un autre verre. " ▬ Valentine Goby


Je ne sais pas trop où je suis, ni même qui je suis. Il y a juste son corps contre le mien, chaud, une vraie source de chaleur qui réchauffe ma peau, me complète, m'entoure et me berce ; il y a juste sa chaleur que je cherche en me collant encore un peu plus près, le recouvrant presque de mon corps pour ne pas laisser une parcelle de peau dans le froid glacial qui semblait s'être installé en-dehors de notre cocon. Je ne sais pas trop ce que je fais, ce n'est pas bien, sûrement, j'aurais dû fuir juste après, me relever, m'excuser, dire que ça n'était qu'une erreur, repartir, mais non, je ne fais que frotter mon nez à son cou dans un petit soupir. Tout mon corps est lourd, mon esprit est dans un nuage, si calme, si calme, plus aucune pensées ni réflexions dérisoires, juste NateNateNateDormir. J'ai envie, tellement envie de dormir, m'assoupir entre ses bras et y rester pour l'éternité.

Il y a son rire. Son rire qui emplit la pièce, bien plus beau que ses larmes de tout à l'heure, bien plus beau que sa voix cassée par la tristesse, bien plus beau que tout le paysage de l'Afrique réunit et ça me fait sourire doucement. Je pouffe moi-même un peu à sa remarque, même si à la réflexion, j'aurais bien aimé le voir vexé. Je suis sûr qu'il aurait eu une bouille de chaton boudeur adorable. Mais je m'égare, pas vrai ? Je n'ai de toute façon pas le temps d'y réfléchir plus longtemps que je sens ses doigts sur mon menton, remontant mon visage vers le sien pour un baiser. Et je rougis comme un con, parce que c'est toujours aussi doux, toujours aussi bon, et que je ne pensais pas que Nate était du genre à embrasser après l'amour. Je sens ensuite son visage dans mon cou, son souffle contre ma peau, ses lèvres caressant encore mon visage, mon menton, derrière mon oreille et mon épaule. Et c'est bon. Et c'est doux. Et je suis amoureux.

Mon cœur rate un battement et la peur enserre ma gorge. Je suis amoureux, putain. Je suis amoureux.

Il ne se rend pas compte de ma peur, ni de mon envie soudaine de sortir de ce lit pour courir le plus loin possible de lui. Il se met à parler. Il me dit que je suis beau, que je ressemble à un ange, et les larmes me montent aux yeux. Qu'est-ce que j'ai fais ? Mon Dieu, qu'est-ce que j'ai fais. La prochaine fois. Je frémis une fois, deux fois, trois fois. La prochaine fois, quelle prochaine fois, il n'y en aura pas, plus jamais, bien sûr que non il n'y aura pas de prochaine fois, il suffit d'une fois, stop, je ne le reverrais pas, jamais, je devais m'en aller, loin, respirer, fuir comme je l'ai toujours fais, je suis amoureux alors que ça devait pas arriver, jamais, je me tends, je me braque, tous mes muscles sont crispés alors qu'il s'endort contre moi, insouciant, mais je n'arrive même pas à culpabiliser de penser à m'en aller, j'attends juste que sa respiration ralentisse avant de le repousser le plus délicatement possible et de me mettre sur mes deux pieds dans une grimace de douleur.

Putain, il n'y est pas allé de main morte. J'ai mal, merde. Je ramasse mes vêtements, grimaçant à chaque mouvement de mon bassin qui me brûlait de plus en plus. Super. Je me battis encore pendant dix minutes pour m'habiller avec mon attelle, sans faire trop de bruits pour ne pas le réveiller. Je ne voulais pas qu'il me surprenne en train de fuir comme le dernier des lâches non plus. Je pris mon sac de cours, bien décidé à finir ma soirée avec un mec de ma classe, n'importe qui du moment que c'était loin de Harry, lorsque je me stoppais en voyant la feuille de philo toujours sur mon bureau. Mes yeux parcoururent les lignes, une fois, deux fois, quatre fois, et je me décidais. Je glissais le crayon entre mes doigts pour y noter une dernière petite phrase, destinée à Harry, comme tout le reste du sujet, au fond :

Mais la vérité est qu'il n'y a pas de coupable. Ça se passe comme ça, c'est ainsi, on peut rien y faire. Que la personne soit morte de telle ou telle façon, qu'on aurait été là ou non, ça change rien ; elle serait de toute façon partie à un moment donné. C'est pas de notre faute, on y peut rien. On peut juste encaisser.
Mais ce n'est pas de notre faute.


Et je me glisse enfin en dehors de la chambre dans un soupir, laissant le brouillon sur le bureau (je me souvenais de toute façon de ce que j'allais marquer), redressant mon sac sur mon épaule, boitant légèrement.

Je venais de fuir ce qui était probablement le seul amour de ma vie.
(c) Tetsu

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate   [hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

[hot] Spaces between us hold all our secrets | lilo&nate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ giving for africa  :: 
johannesburg

 :: l'université :: les résidences étudiantes
-