AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 
Continuez de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top sites Obsession , Bazzart et PRD !
Pensez à remonter le topic sur Bazzart ici pour soutenir le forum !
Nous avons écrit des prédéfinis qui n'attendent que vous alors qu'attendez-vous pour trouver des liens avec eux ?
Pleins de beaux scénarios vous attendent, alors n'hésitez plus à aller les voir.

Partagez | 
 

 so close and still so far + leon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
HabitantsMessage


Felicity Sparrow
Felicity Sparrow
LA VEUVE EPLOREE
LA VEUVE EPLOREE


♣ messages : 3836
♣ where are you : johannesburg, logée sur le centre.
♣ âge : 33
♣ métier/études : institutrice, au centre Giving for Africa, elle apprend aux enfants, et certains adultes, à lire et écrire.


MessageSujet: so close and still so far + leon   so close and still so far + leon EmptyLun 5 Oct - 23:41




so close and still so far

A life goes by, romantic dreams will stop, So I bid mine goodbye and never knew. So close was waiting, waiting here with you And now forever I know, all that I wanted to hold you so close. So close to reaching that famous happy end, Almost believing this was not pretend Now youre beside me, and look how far we've come.
So far we are so close.


Ce gala était comme une invitation à se changer les idées ; mais également à découvrir un nouvel univers dans cette nouvelle vie qu'elle apprivoisait doucement. Elle n'avait jamais été invitée ou ne s'était rendue à un tel événement, la soirée où elle avait sûrement était la plus élégante était celle pour célébrer son mariage. Elle se complaisait dans sa vie d'institutrice et de ses rares sorties au pub avec ses amies. Alors elle avait envie de jouer le jeu pour cette soirée, Felicity était plutôt une personne simple et naturelle, parfois coquette et qui rougissait aux compliments, mais elle avait décidé de trouver une jolie robe, élégante et sexy en même temps. D'abord pour se plaire à elle-même, rebooster un égo au plus bas depuis quelques temps, mais elle savait tout aussi bien qu'elle aurait bien aimé impressionner une personne en particulier.

Leon et elle ne s'étaient pas reparlés depuis cette malencontreuse sortie de classe dans la savane. Déjà elle l'avait senti distant avec elle, alors qu'elle commençait à peine à se sentir plus à son aise avec lui et qu'elle désirait en apprendre un peu plus sur lui et sa vie au centre. Felicity se doutait qu'il avait mal pris le fait qu'elle repousse son invitation, ce qu'elle avait commencé à regretter peu de temps après, mais elle avait été si surprise sur le moment que seulement « non » était sorti de sa bouche. Et elle s'en voulait encore plus maintenant que les rôles s'étaient inversé, ce n'était plus elle qui cherchait absolument à éviter Leon, mais l'inverse. Elle était cependant trop timide, trop chamboulée par des sentiments qu'elle ne voulait même pas de base, pour aller vers lui et s'excuser. Et peut-être lui demander une seconde chance... Parce que la seule fois où elle s'était sentie vraiment bien – avant que la mère de Paki ne lui claque la porte au nez – était lorsqu'elle avait discuté avec lui, sans réserves et sans ne plus penser à Matthew. Il était toujours là, et elle continuait parfois de la voir dans le visage du Sud-africain, mais elle commençait à accepter l'idée qu'elle devait avancer. Et après tout, n'était-ce pas pour cette raison qu'elle était partie de sa chère terre natale ?

Elle trouva dans une boutique de Johannesburg une robe bustier noire, un triangle dévoilant quelque peu la peau crémeuse de son ventre se terminant juste un peu avant ses chevilles. Lorsque Felicity se regarda pour la première fois avec dans une glace, elle se trouve différente et elle en fut d'abord gênée. Elle n'était pas certaine d'être faite pour ce genre robe, et encore moins sûre de vouloir autant dévoiler de peau. Mais en tournant sur elle-même, jetant de nouveau un coup d’œil à son reflet, elle trouva que cette robe la mettait en valeur. Et les détails, des fleurs brodées dessus, lui plaisaient. Il y avait longtemps qu'elle n'avait fait d'achat aussi frivole ; et ça avait quelque chose de grisant, un sentiment qu'elle avait oublié depuis quelques années. Pour compléter le tout, elle décida qu'un maquillage simple et d'un rouge à lèvres carmin feraient l'affaire. Et lorsqu'elle regarda son alliance, elle ne put se résoudre à la laisser de côté. Ce bijou faisait encore parti d'elle.

En se rendant de son petit appartement à la salle où se tenait la soirée, elle pensa que c'était bien et surtout qu'elle avait le droit de prendre du temps pour elle, de s'amuser un peu. Elle pensa aussi que c'était pour une bonne cause, puisque ce qu'elle avait payé pour l'entrée du gala servirait au centre. Sur des talons un peu trop fins et trop hauts pour elle, elle entra dans la salle. Elle ignorait qui avait fait la décoration, mais elle fut agréablement surprise et eut l'impression d'être dans un endroit nouveau. Ses yeux ne pouvaient se détacher des installations et des tables garnies de fleurs plus belles les unes que les autres. Elle s'avança un peu, maladroitement et entra dans la foule. Il n'y avait là que des gens qu'elle ne connaissait pas ou seulement de vue. Elle n'avait pas pensé à se renseigner auprès du peu d'amis qu'elle s'était faite s'ils seraient là, elle avait pensé que personne ne raterait un événement pareil. Mais maintenant, elle se sentait toute petite parmi ces gens, qui visiblement étaient de généreux donateurs, et elle eut l'impression de faire tâche dans le décor. Elle n’apercevait pas non plus l'homme qu'elle aurait souhaité rencontrer, et ne put s'empêcher de faire la moue.

Elle se dirigea alors vers le bar, où elle commanda un verre de champagne avec un sourire au serveur. Peu habituée de ce genre de soirée, elle imagina que c'était le boisson qu'il fallait prendre. Elle sentait aussi qu'elle en avait besoin, il y avait longtemps qu'elle n'avait pas bu d'alcool. Elle porta le verre à ses lèvre et prit une gorgée. Les bulles lui montaient déjà à la tête. C'était un très bon champagne, pensa-t-elle. Elle en prit une seconde, puis une troisième... Bientôt elle demanda une seconde coupe. Et déjà elle ne souciai plus trop d'être à sa place ou non, elle continuait juste de chercher du regard Leon.

Et ce fut lorsqu'elle pensa à son prénom qu'elle l'aperçut. Elle ignorait si elle était seul ou accompagné, mais elle remarqua son costume et nota qu'il avait fait quelque chose à ses cheveux. Il avait l'air encore plus à son avantage, bien qu'il fut étrange de le voir dans un univers si différent de ce qu'il lui ressemblait. Elle prit son courage à deux mains, et poussée par le champagne, elle s'approcha de lui. Il ne semblait pas l'avoir vue, alors elle se fit remarquer par quelques mots lorsqu'elle fut à sa hauteur. « Bonsoir Leon. » Elle ne se reconnaissait pas vraiment, il était rare qu'elle aille vers les hommes comme ça. Mais elle avait oublié ce que c'était que de flirter avec quelqu'un qui n'était pas son mari. Elle rougit à l'idée de ce qu'elle était sur le point de dire. Sans alcool dans le sang, elle n'aurait certainement pas été si franche. « Tu es... très élégant, ce soir. » Elle baissa les yeux sur son verre et regarda les petites bulles remonter à la surface. Elle rougit un peu plus, et espéra que cela ne se remarque pas.


_________________

    the heart wants what it wants
    well I guess it would be nice if i could touch your body, i know not everybody has got a body like you. but i've got to think twice before i give my heart away. - george michael ©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas


Leon De Blieck
Leon De Blieck
LE PETIT LION


♣ messages : 871
♣ where are you : un petit appartement dans le sud, il habite seul avec son chien Simba
♣ âge : 34
♣ métier/études : guide-safari sur la réserve


MessageSujet: Re: so close and still so far + leon   so close and still so far + leon EmptyVen 16 Oct - 3:10



   
   Leon & Felicity
   i get closer to you but i can never reach you,
so close yet so far

L
eon détestait ce genre d'événements. Il ne s'y sentait pas jamais à sa place. Il n'avait aucune idée de comment se comporter avec ces gens qui lui semblait appartenir à une autre classe que lui. Il avait parfois l'impression de ne pas venir de la même planète qu'eux, de ne pas parler la même langue que ces hommes bien éduqués et bien nantis qui venaient redorer leur image dans les évènements de charité. Pourtant, il se mêlait assez bien à la foule, dans son complet marine. Il avait même agencé sa cravate à la couleur de ses yeux, pour en faire ressortir l'éclat si particulier, et il était passé chez le barbier pour rafraîchir sa coupe et tailler sa barbe. Ainsi, il avait délaissé le look guide-safari qu'il affichait généralement pour quelque chose de plus classe, l'occasion l'obligeant à se départir de ses habitudes. En apparence, on ne pouvait pas se douter qu'il ne se sentait pas du tout à l'aise dans ce genre d'habits, qu'il ne portait que pour ce genre d'occasions. Il préférait de loin le confort de ses jeans ou, encore mieux, de l'uniforme khaki qu'il portait pour travailler.

À chaque fois qu'une soirée de ce type se présentait, il essayait de trouver un moyen de s'en échapper. Mais ses patrons insistaient toujours pour qu'il soit présent. Ils prétextaient à chaque fois que ses histoires de savane et de lions attiraient les chèques bien dodus. Apparemment, les donateurs aimaient bien l'entendre partager ses expériences. Heureusement, parce que la seule partie de la soirée qu'il appréciait réellement, excepté le fait qu'il avait accès à l'alcool à volonté, c'était de pouvoir parler de son métier qu'il aimait tant. Lui qui était habituellement si taciturne devenait un véritable moulin à paroles lorsqu'il se mettait à raconter ses plus belles anecdotes vécues sur la réserve. Pour l'instant, toutefois, il n'était pas encore très populaire. Peut-être était-il encore trop tôt, mais on ne l'avait toujours pas approché pour lui demander s'il avait déjà touché un éléphant ou si il s'était déjà fait attaquer par un lion. Jusqu'à maintenant, il avait croisé très peu de visages connus à cette soirée. Les seules personnes qui ne lui étaient pas totalement inconnues dans ces soirées étaient généralement celles qui travaillaient aussi au centre. Et, à part pour quelques exceptions, il était assez rare qu'il socialise avec ces gens. Il n'avait jamais vraiment appris à les connaître parce qu'il évitait généralement les soirées qui étaient organisées. Alors, pour l'instant, il trouvait la soirée plutôt ennuyante et il avait décidé que c'était un excellent prétexte pour visiter le bar et commander un whisky. Ce n'était que son deuxième verre de la soirée, ce qui était plutôt sage venant de lui. Mais comme il s'agissait d'un évènement en lien avec son travail, il tenait à être prudent.

Verre à la main, il se trouva un coin un peu à l'écart et s'appuya contre le mur. D'ici, il pouvait voir la foule de gens rassembler sans vraiment s'y mêler, ce qui à ses yeux était parfait. Il porta son verre à sa bouche et en but une longue gorgée, fermant brièvement les yeux pour mieux apprécier la sensation de l'alcool qui brûlait légèrement sa gorge. Lorsqu'il les rouvrit, son attention fut attirée par une voix le saluant. Felicity était apparue dans son champ de vision. Leon se redressa, décollant ses épaules du mur, adoptant une posture plus forte. Comme à chaque fois qu'il la voyait, la première pensée qui lui vint en tête fut qu'il la trouvait très jolie. Mais, cette fois, elle avait mis le paquet. Tellement qu'il en eut le souffle légèrement coupé pendant quelques secondes et qu'il n'eut pas le temps de la saluer à son tour avant qu'elle ne prenne de nouveau la parole. Les mots qui sortirent de la bouche de l'enseignante le surprirent. Il ne la connaissait pas beaucoup, mais elle lui avait donné l'impression d'être plutôt réservée, ses joues qui avaient tendance à rougir la trahissant constamment. Surtout, elle ne lui avait pas donné l'impression de s'intéresser à lui, lorsqu'elle avait poliment refusé son invitation à sortir avec lui peu de temps auparavant. Alors de la voir le fixer de ce regard brillant ce soir, et d'entendre ces mots flatteurs sortir de ses lèvres attirantes, il était surpris. Bouche-bée, ne sachant pas quoi répondre, il en avait presque oublié la simple politesse. « Merci » fit-il d'un ton hésitant, ne sachant pas trop comment il devait réagir. Elle avait baissé les yeux sur son verre, gênée, et il en profita pour la regarder plus en détail, laissant courir ses yeux sur ce qu'elle portait et sur sa peau dévoilée. La détailler ainsi lui donna envie de flirter avec elle à son tour, mais le souvenir de son refus à l'invitation qu'il lui avait lancée dans sa jeep le rendait réticent. « J'aime bien ta robe » se contenta-t-il de dire, parce que c'était plus prudent. Avec tout ce qui lui venait en tête alors qu'il la regardait à ce moment, il avait choisi le compliment qui était de loin le moins compromettant. Parce qu'il la trouvait tout simplement splendide, dans sa robe noire bien ajustée et juste assez dévoilante. Il eut d'ailleurs de la difficulté à lâcher des yeux la parcelle de son ventre qu'un trou dans le tissus dévoilait. Elle semblait si soyeuse, sa peau nacrée, qu'il fut presque tenté de tendre le doigt pour y toucher. Mais ce ne devait être que le whisky qui parlait, et il se ressaisit rapidement, ancrant ses yeux dans ceux de la belle anglaise. « J'espère que tes petits élèves n'ont pas été trop traumatisés par notre aventure dans la savane » dit-il, faisant référence à leur dernière rencontre qui s'était déroulée dans un contexte particulièrement étrange. Il prit de nouveau une gorgée, son verre étant le meilleur prétexte pour détourner son attention d'elle et résister à l'envie de laisser de nouveau glisser son regard sur ses courbes.
WILDBIRD
 

_________________
YOU NOD YOUR HEAD NOBUT YOU WANNA SAY YES
what do you mean ? when you don't want me to move but you tell me to go. better make up your mind, what do you mean ? first you wanna go to the left, then you want to turn right. first you're up and you're down, then you're between. what do you mean ?
Revenir en haut Aller en bas


Felicity Sparrow
Felicity Sparrow
LA VEUVE EPLOREE
LA VEUVE EPLOREE


♣ messages : 3836
♣ where are you : johannesburg, logée sur le centre.
♣ âge : 33
♣ métier/études : institutrice, au centre Giving for Africa, elle apprend aux enfants, et certains adultes, à lire et écrire.


MessageSujet: Re: so close and still so far + leon   so close and still so far + leon EmptyVen 6 Nov - 12:22




so close and still so far

A life goes by, romantic dreams will stop, So I bid mine goodbye and never knew. So close was waiting, waiting here with you And now forever I know, all that I wanted to hold you so close. So close to reaching that famous happy end, Almost believing this was not pretend Now youre beside me, and look how far we've come.
So far we are so close.


Felicity n'était pas une habituée de ce genre de soirées, c'était même la première fois qu'elle se rendait à un gala et ignorait tout du déroulement de la soirée. Elle imaginait que ça se passait sûrement comme dans tous ces films sur la haute société : un discours, une table où donner son chèque, un délicieux repas et de la musique. C'était loin d'être son élément, plutôt habituée à rester chez elle ou à sortir dans un pub dans son ancien quartier. Mais contre toute attente, elle avait décidé de se prêter au jeu et de se sociabiliser, de plus elle espérait y croiser de beaux yeux bleus. Plutôt que de se voiler la face, elle avait accepté l'idée qu'elle aimait bien le guide du centre, ou plutôt qu'il l'attirait. Ce n'étaient pas pour elle des sentiments anodins, car après tout elle n'avait eu qu'un homme dans sa vie, mais elle ne pouvait plus réellement se voiler la face. Surtout, elle n'avait plus envie de l'éviter, bien que les rôles semblèrent s'être inversés maintenant. C'était comme s'ils jouaient au chat et à la souris.

Sur ses lèvres naquit un léger sourire, lorsqu'elle aperçu enfin l'homme qu'elle cherchait. Et poussée par l'alcool qu'elle avait déjà bu et par le fait qu'il soit seul dans son coin, elle alla à sa rencontre. Son regard détailla la tenue qu'il portait, et à quel point elle lui sciait à la perfection. Mais comme elle, dans sa jolie robe achetée pour l'occasion, il n'avait pas l'air des plus à l'aise. Arrivant à sa hauteur, elle ne put retenir un compliment. Elle n'était jamais si avenante avec les hommes, bavarde en presque toute circonstance : oui, mais Felicity avait toujours fait partie de ces personnes qui attendent que l'autre fasse le premier pas. Ses joues s'enflammèrent par les mots qu'elle venait de dire. Le regard rivé sur son verre de champagne, comme si les bulles qui éclataient à la surface avait un quelconque intérêt, elle se demanda si elle n'avait pas été trop courtoise. Elle se demanda ce qu'il pouvait bien imaginer à l'instant. Mais elle ne pouvait s'empêcher de reconnaître qu'elle le trouvait vraiment élégant, très beau même dans son costume. Elle eut l'impression de pouvoir compter des millions de bulles avant qu'il ne réponde d'un simple merci. Felicity se sentait être de nouveau une jeune fille, celle qui ne savait jamais trop comment se comporter avec les gens, celle qui avait toujours été plus à l'aise à l'écrit pour s'exprimer. Pourtant, elle avait essayé. A l'aveuglette, elle avait voulu se donner un air charmeur, sûre d'elle et sûrement un peu sexy avec cette robe, mais elle ne se trouvait plus que maladroite.

Son compliment sur sa robe la fit relever la tête et sourire sottement. Elle reprit conscience de ce qu'elle portait et de ce qu'elle dévoilait. Une main se posa alors sur son ventre, dissimulant cette petite ouverture qui laissait apercevoir sa peau. « Merci, » dit-elle à son tour, puis comme pour expliquer sa gêne qui lui semblait apparente, elle ajouta : « Je n'ai pas vraiment l'habitude de porter ça... Mais je la trouvais jolie, donc je me suis dit pourquoi pas. » Elle fini par une gorgée d'alcool, et remarqua que son verre était presque vide. Était-il possible qu'elle ait pu le finir si vite ? Était-ce la nervosité ou bien s'était-elle juste perdue dans les yeux océan de Leon ? Elle pensa amèrement que si elle avait eu le cran, elle aura pu poser une main sur son avant-bras, comme le font souvent les femmes dans toutes ces comédies-romantiques qu'elle avait pu voir. Elle but le fond de champagne qu'il lui restait.

Leon l'interrogea sur ce qu'elle connaissait de mieux et ce dont elle pouvait parler pendant des heures habituellement : ses élèves. Elle lui en fut presque reconnaissante de détourner la conversation sur autre chose que d'étranges compliments. Bien que celui qu'elle avait fait, elle ne pouvait s'empêcher qu'il était vraiment sincère. « Je ne sais pas trop s'ils ont conscience de ce qu'il s'est passé, on en a discuté en classe mais ils étaient plus impressionnées par les animaux, » répondit-elle tout simplement. Étrangement, ce soir, elle n'avait pas tellement envie de parler d'eux. Elle était venue pour se changer les idées. Puis elle pensa qu'elle avait voulu voir Leon pour une raison particulière, et maintenant qu'elle avait le courage de lui parler, elle ne devait pas laisser cette occasion s'envoler. « D'ailleurs, je voulais m'excuser pour... Enfin, tu sais, quand j'ai dit 'non'. » Elle pouvait sentir ses joues s'enflammer. « Ce n'était pas du tout contre toi, c'est juste que j'ai été surprise. Et... Désolée, voilà. » Elle porta son verre à ses lèvres, et se souvint alors qu'il était vide.

Elle toussa pour cacher sa gêne. « Mon verre est vide, » dit-elle stupidement en regardant ce qu'elle tenait dans sa main. « Est-ce que tu veux boire quelque chose d'autre ? » Elle n'était pas certaine que continuer de boire était une bonne idée, mais elle se sentait bien. Elle pouvait faire taire cette petite voix qui lui rappelait constamment Matthew et elle était certaine qu'elle pouvait passer une très bonne soirée avec un peu plus de désinhibition. Elle regarda autour d'elle et aperçu des femmes qui regardaient dans leur direction. Elle fronça les sourcils, quelque chose la gênait sans trop savoir quoi. Puis une pensée lui traversa l'esprit, semant le doute quelques instants en elle. Elle l'avait vu seul, mais peut-être ne l'était-il pas. Après tout, il était des plus élégants ce soir et on ne voyait que lui dans la salle, sûrement tout ceci était plaire... à quelqu'un en particulier ? Un rendez-vous peut-être s'imagina-t-elle. Elle aurait dû lui demander en premier lieu si elle ne le dérangeait pas, bien qu'elle n'aurait pu s'empêcher de trouver dommage de ne pas pouvoir discuter avec lui. Les seuls mots qui sortirent de sa bouche rouge carmin un peu trop rapidement : « Tu es venu seul ? » Et elle savait qu'elle espérait que sa réponse soit un 'oui', mais ça elle n'avait pas encore assez bu pour le reconnaître.


_________________

    the heart wants what it wants
    well I guess it would be nice if i could touch your body, i know not everybody has got a body like you. but i've got to think twice before i give my heart away. - george michael ©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas


Leon De Blieck
Leon De Blieck
LE PETIT LION


♣ messages : 871
♣ where are you : un petit appartement dans le sud, il habite seul avec son chien Simba
♣ âge : 34
♣ métier/études : guide-safari sur la réserve


MessageSujet: Re: so close and still so far + leon   so close and still so far + leon EmptyLun 9 Nov - 3:15



   
   Leon & Felicity
   i get closer to you but i can never reach you,
so close yet so far

L
eon n'avait pas imaginé qu'elle serait à ce gala. Si l'idée de croiser son chemin lors de cette soirée lui avait effleuré l'esprit avant, il aurait certainement été plus enthousiasmé par l'évènement. De penser le contraire aurait été de se mentire à lui-même. Parce que même s'il avait eu envie de jouer la carte de l'homme dont l'égo a été atteint, la vérité était que le refus de la jeune femme, même s'il avait provoqué une certaine déception chez le guide, ne l'avait pas empêché de penser constamment à elle. La voir devant lui, dans toute sa splendeur, provoqua donc une certaine surprise, accompagnée d'une incertitude quant à la manière dont il devait agir avec elle. Mais une chose était bien claire, même s'il lui était difficile de s'expliquer pourquoi, il n'y avait personne d'autre qu'elle dans cette pièce qui lui donnait à ce point l'envie de rester. Alors qu'il aurait tout donné, quelques instants auparavant, pour rentrer chez lui, l'apparition de la jeune anglaise avait tout changé.

Leon avait bêtement complimenté sa robe, comme si ce morceau de tissu était vraiment ce qui le rendait si resplendissante. Le guide était convaincu qu'il n'aurait pas pensé autrement si elle avait porté quelque chose d'affreux. Elle était toujours jolie. Après cet étrange échange de compliments, la conversation dévia vers un sujet qui les concernait tous les deux. Leon était à chaque fois surpris par la facilité avec laquelle ils conversaient. Chaque fois qu'il parlait avec elle, il avait l'impression de la connaître depuis toujours. Lui qui était ordinairement si taciturne, trouvait toujours les mots lorsqu'il était en sa compagnie. Pourtant, il y avait toujours un fond de malaise entre eux. Comme si derrière les mots qu'ils s'échangeaient se cachait tout ce qu'ils avaient réellement envie de se dire. Ils semblaient toujours nerveux d'être en présence l'un de l'autre. Felicity l'était particulièrement ce soir. Il le voyait dans sa façon de tenir sa coupe, toujours à l'orée de ses lèvres, buvant avidement le nectar qu'elle contenait. Leon trouvait cela tout à fait charmant. « Tant mieux s'ils n'ont pas vraiment compris ce qui s'est produit ce jour là... » ajouta-t-il alors qu'ils parlaient de l'incident qu'ils avaient vécu sur la réserve avec le groupe de Felicity. Il avait été tellement soulagé que tous sortent sain et sauf de cette horrible journée.

Les mots qui sortirent ensuite de la bouche de l'enseignante prirent Leon par surprise. Il n'avait pas imaginé qu'elle reparlerait de cette étrange conversation qu'ils avaient eu dans sa voiture. En fait, il aurait préféré ne plus y repenser. Son orgueil ressentant encore les impacts de ce petit mot qu'elle avait laissé glisser entre ses jolies lèvres.  Pourtant, il s'était surpris quelques fois dans les dernières semaines à repenser à ce moment. Parfois, il s'interrogeait même sur ce qui se serait produit si elle avait dit oui, laissant son imagination divaguer sur ce à quoi pourrait ressembler un rendez-vous avec elle. Il s'imaginait l'emmener dans un endroit spécial. Pas un simple bar, là où il rencontrait généralement les femmes qui n'était que de passage dans sa vie. Il aurait aimé lui faire visiter un petit bout de ce pays qui devait lui être encore totalement étranger. Pour lui donner l'envie de rester un peu plus longtemps, peut-être. C'était étrange, ce qu'elle lui faisait, sans qu'il ne la connaisse vraiment. À vrai dire, c'était presque effrayant. Il ne savait pas trop comment réagir à ses excuses et il ne pouvait s'empêcher de s'interroger sur leur signification. Se sentait-elle seulement coupable de lui avoir fait vivre cette déception ? Ou regrettait-elle d'avoir dit non... Il n'avait pas le courage de vérifier la deuxième option. Il se contenta alors de sourire et d'hausser les épaules. « Ne t'inquiète pas. C'était inapproprié. On se connait à peine, après tout ». Il porta lui aussi son verre à ses lèvres pour masquer le malaise qu'il ressentait en se remémorant ce souvenir encore frais, et termina son verre d'une traite. Au même moment, Felicity lui demandait si il voulait boire autre chose. « Bien sûr. L'alcool est le seul moyen de survivre à ces soirées, crois-moi. Puis, les profits vont au centre alors il est impossible de se sentir mal » fit-il avec un petit rire. Il rigolait à peine. Pour lui, envisager de passer à travers cette soirée sans un autre whisky était inconcevable. Il allait lui demander ce qu'elle voulait boire, mais elle fut la première à parler, pour lui demander un peu brusquemment s'il était accompagné. Il eut envie de lui demander si la réponse changerait quelque chose à ses yeux, mais préféra se retenir. « Oui » fit-il avec un sourire. « En fait, j'aurais bien aimé être accompagné, mais toutes les femmes à qui j'ai demandé ont dit non... » fit-il en tentant de garder une expression sérieuse, mais son visage le trahit rapidement en s'illuminant d'un air moqueur. C'était mesquin de sa part, mais il n'avait pu retenir le commentaire, l'envie de se moquer de la situation étant trop forte. Mais l'intention n'était pas d'être méchant avec elle, au contraire. Ce n'était qu'une manière de lui montrer qu'il ne lui en voulait pas, qu'elle ne devait pas s'en faire puisqu'il était même capable d'en rire. « Viens, je t'offre un verre » annonça-t-il, prenant la coupe vide qu'elle tenait toujours dans ses mains. Il l'entraîna à travers la foule qui commençait à se former dans la salle de réception et, afin de la guider vers le bar, posa sa main dans son dos. Le geste avait été spontané, mais il le regrettait à présent, craignant qu'elle l'interprète mal. Il la lâcha alors qu'ils atteignaient le bar. Un barman vint rapidement vers eux, à la surprise de Leon. Il n'avait pas l'habitude d'être servi si rapidement. Porter un complet et surtout être accompagné d'une si jolie femme devait aider. « Deux coupes de champagne, s'il vous plaît » demanda-t-il en anglais, même si le serveur parlait probablement l'afrikaans, comme lui. Il paya avec un billet qu'il avait sorti de la poche de son veston, puis tendit une des coupes à Felicity. Tendant sa coupe vers elle pour qu'ils trinquent, il dit en souriant: « Gesondheid! ».  

WILDBIRD
 

_________________
YOU NOD YOUR HEAD NOBUT YOU WANNA SAY YES
what do you mean ? when you don't want me to move but you tell me to go. better make up your mind, what do you mean ? first you wanna go to the left, then you want to turn right. first you're up and you're down, then you're between. what do you mean ?
Revenir en haut Aller en bas


Felicity Sparrow
Felicity Sparrow
LA VEUVE EPLOREE
LA VEUVE EPLOREE


♣ messages : 3836
♣ where are you : johannesburg, logée sur le centre.
♣ âge : 33
♣ métier/études : institutrice, au centre Giving for Africa, elle apprend aux enfants, et certains adultes, à lire et écrire.


MessageSujet: Re: so close and still so far + leon   so close and still so far + leon EmptySam 26 Déc - 22:54




so close and still so far

A life goes by, romantic dreams will stop, So I bid mine goodbye and never knew. So close was waiting, waiting here with you And now forever I know, all that I wanted to hold you so close. So close to reaching that famous happy end, Almost believing this was not pretend Now youre beside me, and look how far we've come.
So far we are so close.


Felicity n'aurait pu que rougir de son audace, celle dont elle avait fait preuve en allant à la rencontre du guide safari et encore plus par le compliment qu'elle lui avait fait. Mais cette audace avait été portée par l'alcool qui avait déjà marqué ses joues d'une légère teinte rosée, lui donnant ce petit air éméché dont ses amis anglais se moquaient parfois. Et ses joues n'étaient pas encore assez rouges pour dissimuler sa gêne lorsque le compliment lui fut retourné. Les mots de Leon la flattèrent plus que de raison, car bien qu'elle se trouva à son avantage dans cette robe, elle se sentait tout autant mal à l'aise. Ce n'était définitivement pas son style, et maintenant que l'homme en face d'elle l'eut complimentée sur sa robe, elle avait l'impression que des centaines d'yeux l'observaient. Elle porta alors le verre devant son visage, tentant maladroitement de cacher ses joues qui s'empourprèrent un peu plus, tandis qu'elle pensa qu'elle aurait aimé être un peu plus sûre d'elle et profiter plus pleinement de cette soirée. Mais au fond, elle ne pouvait certainement pas faire mieux puisqu'elle avait déjà trouvé la personne avec qui elle voulait discuter.

Elle fut presque soulagée de pouvoir discuter d'autre chose, bien que le sujet en question soit un souvenir peut agréable. Elle avait pensé passer du bon temps lors de cette visite de la réserve, surtout en compagnie de ses petits élèves, mais tout d'abord Leon l'avait plutôt évitée, jusqu'à ce que des braconniers débarquent et que la visite tourne au drame. Sa priorité avait été alors de portéger ses élèves, et elle estimait qu'ils avaient eu beaucoup de chance. Par la suite, elle n'avait pas réellement d'en discuter trop sérieusement avec les enfants, elle-même encore légèrement choquée. « Oui, je pense qu'ils sont trop petits... Je n'avais pas envie de les traumatiser en insistant, » finit-elle par répondre. Felicity était de ces personnes qui avaient un sujet de prédilection, celui qu'elle maîtrisait et qui la mettait donc à l'aise, et ça avait toujours été son métier et ses élèves. Mais là, elle ne savait pas trop quoi dire de plus. Elle était légèrement déstabilisée et elle ignorait si c'était dû au regard de Leon ou l'alcool.

Cette boisson qu'elle avait délaissé quelque peu depuis son arrivée, et elle sentait qu'elle en payait les conséquences maintenant. Les verres de champagne qu'elle avait déjà bu la poussait à discuter de choses qu'autrement elle aurait eu du mal à aborder ; comme les excuses qu'elle tenait à lui faire depuis qu'elle avait refusé son rendez-vous. Elle n'en restait pas moins gênée, mais Felicity avait conscience que sobre elle aurait dû réfléchir à cent fois sur la manière de lui dire. Sa réponse la fit froncer les sourcils, un «  Oh » surpris, mais discret, s'échappa de ses lèvres. Elle se demanda s'il regrettait de lui avoir demandé maintenant qu'il avait eu le temps d'y penser ; et si c'était le cas, elle trouverait ça dommage. Elle se pinça les lèvres, maintenant qu'elle n'avait plus rien à boire, elle ne savait plus comment dissimiler le malaise qu'elle venait de jeter sur leur discussion. Elle regarda stupidement son verre, cherchant quelque chose à dire.

La phrase qui sortit de sa fine bouche fut une remarque toute bête sur le contenu de son verre, et comme pour se rattraper, elle enchaîna avec une question. Elle fut quelque peu satisfaite, bien qu'intimidée par sa propre initiative que de proposer à Leon d'aller chercher de nouveau quelque chose au bar. Mais elle en avait envie, de ce verre avec lui finalement. Elle fut soulagée qu'il réponde par l'affirmative, et qu'il trouve même une raison des plus raisonnables que pour boire. Après tout, elle était venue pour rendre service à Giving for Africa. Elle sourit à cette idée. Puis sans avoir réellement conscience, elle interrogea de nouveau Leon, alors qu'une pensée s'était formée dans sa petite tête sous l'emprise des bulles. Elle aurait détesté être la genre de femme qui dérange quelqu'un en rendez-vous, tout autant qu'elle aurait été déçue qu'il soit accompagné à cette soirée. Lorsqu'il lui affirma qu'il était bien seul, la titillant au passage sur son 'non' à elle, ses lèvres se fendirent en un léger sourire. Felicity sentit également ses joues s'empourprer, et malgré tout elle décida de jouer le jeu. « Elles sont sûrement stupides pour avoir dit 'non'... » Son sourire se fit plus large, pensant qu'il n'y avait rien de mal à se moquer de soi-même ; et si elle pouvait lui faire comprendre par la même occasion qu'elle regrettait vraiment sa réponse... Ce n'en serait pas plus mal. Il enchaîna en l'invitant, de nouveau, à aller prendre un verre. Cette fois, elle n'aurait pas pu dire 'non', parce qu'elle n'en aurait pas eu le temps, mais aussi pas envie de répondre par la négative. Elle fut juste quelque peu surprise, parce qu'elle pensait qu'elle le paierait elle-même ce verre. C'était un peu une habitude qu'elle avait prise, et parce qu'elle n'était plus tellement habituée à ce genre de chose, comme les rendez-vous galants. « Merci, mais... » Il lui prit aussitôt le verre de ses mains et la poussa gentiment, avec une main dans le bas de son dos, vers le bar. Ce geste, qui aurait pu sembler anodin pour n'importe qui dans la foule, ne la laissa pas de marbre. Elle sentit son échine frissonner sous la paume posée contre son dos, jusque dans sa nuque. Elle ne dit rien et se contenta d'avancer jusqu'au serveur derrière le comptoir. Elle regretta presqu'il n'enleva sa main si rapidement, bien qu'elle n'aurait jamais eu le courage de le reconnaître, et vu presque soulagée de voir le serveur apparaître rapidement devant eux pour les servir. Boire lui changerait les idées, ou lui insufflerait peut-être un peu plus de courage. Elle observa timidement Leon commander, et payer, pour eux deux ; et avec un sourire, elle prit la coupe qu'il lui tendit. Elle l'approcha de celle du guide dans un tintement de verre, puis elle répéta maladroitement son mot : « Gesandhaid. » Elle sourit et but une gorgée de ce nectar doré. « Il va vraiment falloir que j'apprenne l’afrikaans, » dit-elle malicieusement quelques secondes plus tard.

Elle se mordit la lèvre, et observa la foule autour d'eux. Il y avait trop de bruit, et ce n'était pas vraiment le meilleur endroit pour discuter. Elle demanda donc, d'une petite voix : « Est-ce qu'on peut trouver un coin plus calme ? » Felicity lui sourit, attendant une réponse, tout en faisant tapoter nerveusement le bout de ses doigts contre sa coupe.


_________________

    the heart wants what it wants
    well I guess it would be nice if i could touch your body, i know not everybody has got a body like you. but i've got to think twice before i give my heart away. - george michael ©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: so close and still so far + leon   so close and still so far + leon Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

so close and still so far + leon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ giving for africa  :: 
giving for africa

 :: le centre
-