AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 
Continuez de voter toutes les deux heures pour le forum sur les top sites Obsession , Bazzart et PRD !
Pensez à remonter le topic sur Bazzart ici pour soutenir le forum !
Nous avons écrit des prédéfinis qui n'attendent que vous alors qu'attendez-vous pour trouver des liens avec eux ?
Pleins de beaux scénarios vous attendent, alors n'hésitez plus à aller les voir.
Voir le deal
34.99 €

Partagez | 
 

 [hot] rock me kiss me fuck me, baby - Lilo + Nate (4ever)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
HabitantsMessage


Nate H. Colwin
Nate H. Colwin
STITCH VIRIL


♣ messages : 120
♣ where are you : j'habite à l'université
♣ âge : 29
♣ métier/études : étudiant en photographie & bénévole à GFA


MessageSujet: [hot] rock me kiss me fuck me, baby - Lilo + Nate (4ever)   [hot] rock me kiss me fuck me, baby - Lilo + Nate (4ever) EmptyDim 28 Fév - 21:13




rock me kiss me fuck me, baby
ft. Lilo d'amouuur






Nate ne tenait pas en place. Il sautillait sur le trottoir, tirant Lilo qui traînait des pieds derrière lui. Il faisait encore chaud, malgré l'heure déjà tardive, et le soleil embrasait le ciel avant de se coucher totalement. Le visage de Lilo était illuminé par le coucher de soleil, et comme d'habitude, il était plus beau que tout. Même si il n'avait pas l'air très emballé par ce qui allait suivre.

Nate s'arrêta devant une petite maison blanche, coincée entre deux autres. C'était là qu'habitait Cara, une fille qu'il avait rencontré à l'université et avec qui il avait immédiatement sympathisé. Ce soir, elle l'avait invité à une fête qu'elle donnait pour il ne savait quelle raison, et par miracle, il avait réussi à convaincre à Lilo de l'accompagner.  Ce qui était une petite victoire personnelle car Lilo était plutôt du genre timide et ne paraissait pas plus que ça apprécier faire la fête jusqu'à pas d'heures.

Depuis qu'ils sortaient ensemble, ils avaient surtout passés des heures à traîner dans la chambre de l'un ou l'autre. Il y avait eu des examens, et ils avaient révisés ensemble, s'endormant la couette recouverte de cahiers. (Un matin, Nate avait même retrouvé Lilo endormi avec son crayon dans la bouche, ce qui avait bien évidemment mérité une petite photo qu'il s'amusait à ressortir dès que ce dernier l'embêtait.)

Mais voilà, Nate n'était pas comme Lilo, il avait beau adorer leurs soirées pizzas-films-bisous ; faire la fête avec ses amis lui manquait. Il voulait sentir les pulsations de la musique le long de sa colonne vertébrale, il voulait sauter partout en hurlant les paroles des chansons, et surtout, il voulait danser contre Lilo. Parce que, bon, il n'y avait pas que le fait de faire la fête qui manquait à Nate. Le problème principal se situait plutôt vers son entrejambe. Le soucis des révisions, c'était que lui comme Lilo avaient été beaucoup trop studieux pour s'autoriser un petit dérapage (bien que Nate avait adoré embêter Lilo en le caressant par dessus son jogging pendant qu'il s'évertuait à retenir ses définitions philosophiques, cela s'était arrêté là.) Et Nate comptait bien profiter de la soirée pour calmer sa frustration de plus en plus importante.

-Tu vas voir, ça va être génial ! Et Cara est adorable tu vas l'adorer, dit il à Lilo devant la porte de la maison de Cara.


Il déposa un baiser sur la tempe de Lilo, glissant son bras contre ses reins avant d'appuyer sur la sonnette. Il savait que ces quelques mots n'avaient pas suffi à détendre le jeune homme, qui se tenait raide contre lui, mais il n'eut pas le temps de rajouter autre chose que la porte s'ouvrait déjà, dévoilant le sourire énorme de Cara et l'écho sourd de la musique qui se jouait quelque part dans la maison.

Cara avait un verre à la main et attrapa Nate de l'autre pour le serrer contre elle.

-Salut Nate ! Je suis trop contente que tu sois venue !

Nate adorait Cara parce qu'elle débordait d'une joie sans nom. Elle était très jolie aussi, et il l'avait prise plusieurs fois en photos pour un petit reportage sur les artistes de Johannesburg (parce que oui, Cara tattouait les gens à ses heures perdues). La jeune fille le lâcha et se tourna vers Lilo, lui faisant le même câlin enthousiaste qu'à Nate.

-Et je présume que tu es Lilo ? Nate me parle tout le temps de toi " Lilo fais ci, Lilo fais ça, le sourire de Lilo, Lilo qui est super fort en philo, Lilo m'a dit ça et ça, et oh, le cul de Lilo qui est si merveilleux " blablabla.

Elle éclata de rire tandis que Nate lui tira la langue, essayant de ne pas trop rougir.


-Super... Si j'avais su que tu avais décidé de me nuir je ne serais pas venu. L'écoute pas Lilo elle est jalouse de ta beauté.


Cara leva un sourcil amusé mais ne rétorqua rien, les laissant entrer devant elle avant de refermer la porte. Elle les guida jusque dans le salon, qui avait été dégagé pour laisser une vaste piste de danse. Il y avait plus de monde que Nate le pensait, au moins une trentaine de personnes. Il en connaissait la moitié. Cara leur montra le bar et s'éclipsa non sans avoir tenu à préciser que pour ce qui était du cul de Lilo, Nate avait raison, il était merveilleux.

Et puis, des amis de Nate vinrent le saluer et il leur présenta Lilo avec un grand sourire, avant d'aller saluer d'autres connaissances. Il se retrouva très vite au milieu de la pièce, un verre à la main, rigolant avec il ne savait pas qui.

Lilo ne lui tenait plus la main.


C O D E © W H A T S E R N A M E .


_________________
[hot] rock me kiss me fuck me, baby - Lilo + Nate (4ever) Tumblr_nf5g26PC0A1sbj1nvo6_r1_250 [hot] rock me kiss me fuck me, baby - Lilo + Nate (4ever) Tumblr_nf5g26PC0A1sbj1nvo4_r3_250

Nos vies se débattent, crient dans la nuit, hurlent et tremblent de peur.
Infiniment nous cherchons un abri.
Un lieu où le vent siffle moins fort.
Un endroit où aller. Et cet abri est un visage, et ce visage nous suffit.

#669966



Dernière édition par Nate H. Colwin le Dim 20 Mar - 15:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Lilo E. Straton
Lilo E. Straton
La Lilo de son Stitch


♣ messages : 110
♣ where are you : Sous terre
♣ âge : 20
♣ métier/études : étudiant en philosophie renforcée / bénévole


MessageSujet: Re: [hot] rock me kiss me fuck me, baby - Lilo + Nate (4ever)   [hot] rock me kiss me fuck me, baby - Lilo + Nate (4ever) EmptyLun 29 Fév - 0:44


rock me kiss me fuck me, baby

Je ne suis pas fais pour les soirées.

Ce n'est même pas de la mauvaise volonté. Ou, si, peut-être un peu. La dernière fois que j'ai essayé d'y aller, c'était lorsque j'étais encore à Londres. C'était Leelah qui m'y avait poussée, elle me disait que ce serait intéressant pour mes réflexions philosophiques sur la condition humaine et aussi pour m'ouvrir un peu plus aux autres. Ça avait été un fiasco total. J'avais passé la soirée près du bar, sans même m'enfiler les verres parce que je détestais être bourré. Tout seul dans un coin à me demander pourquoi est-ce que j'étais sur cette putain de planète. Et je m'étais promis : plus jamais. Mais voilà, mon petit ami n'est pas du tout comme moi. C'est un fêtard, un joyeux, un sociable, et il est arrivé à me convaincre de l'accompagner.

Un jour je lui parlerais de Leelah. Et des soirées. Un jour, je lui raconterais – mais j'en avais toujours pas la force. Alors j'ai dis oui, presque par culpabilité de ne pas le mettre au courant. Mais je crois qu'il aurait mieux fallut que je lui raconte, parce que plus on avançait dans les rues, plus il était excité, et plus j'avais la boule au ventre. J'avais beau me dire que ça n'allait pas être pareil, qu'il y avait Nate cette fois, que je parlerais probablement à quelques personnes, que j'arriverais enfin à m'ouvrir un peu : au fond, je savais que ça ne serait pas le cas. Et le pire, c'est que je sentais que j'allais me faire lâcher dans la cage aux lions, sans même avoir sa main sur laquelle me raccrocher.

Je me retins de justesse de ne pas faire demi-tour une fois arrivés devant la porte.

C'est Cara qui ouvre. Nate m'a un peu parlé d'elle, elle a l'air gentille. Je n'étais pourtant pas sûr que j'allais l'adorer comme m'avait annoncé Nate – non pas parce que je ne l'appréciais pas, mais parce que j'avais beaucoup de mal à adorer les gens, comme ils avaient du mal à m'adorer. Bon sang, mais qu'est-ce que je faisais là ? Je la salue du bout des lèvres, presque timide, lui rendant son étreinte avec une certaine surprise. Et puis elle se met à parler de Nate qui parle de moi. Je crois qu'on pourrait cuire des œufs sur mes joues, surtout le passage sur mon « merveilleux » cul... Okay, génial. Je jette un regard en coin à Nate, l'air de lui dire ça va pas de sortir des trucs pareils ? Parce que putain, c'était peut-être flatteur, mais surtout très gênant. « Quelle beauté ? » Que je marmonne dans ma barbe, même pas sûr que Nate m'entende.

J'étais peut-être un peu sur les nerfs, je dois l'avouer.

Elle nous désigne le bar avant de s'éclipser sur un énième compliment sur mes fesses. Oké, génial, je dois avoir le plus beau cul d'Afrique parce que sinon c'est pas possible. Je laisse Nate me présenter, servant des petits sourires polis à la pelle, avant de le regarder aller saluer d'autres connaissances, sans me présenter cette fois. Ça lui prendrait trop de temps de toute façon, et ça servirait à rien – c'est pas pour ça que je me ferais plus d'amis. Comme je le pensais, il m'a lâché, mais je ne lui en veux même pas. C'est un peu comme moi quand je l'emporte vers la philosophie qui ne le concerne absolument pas. C'est son monde à lui. Pas le mien, mais je suis là quand même. Du coup je me retourne vers le bar pour prendre un verre, observant la foule en délire autour de moi.

La soirée allait être longue. Et cette boule au ventre qui veut pas disparaître. Leelah, dégage. Si seulement ça pouvait se faire comme ça, tiens.

Je dois être à côté du bar depuis plus d'une heure lorsqu'un joli blond vint m'aborder, un petit sourire amusé aux lèvres alors qu'il prenait un verre pour se tourner ensuite vers moi. « - Dure soirée ? - J'ai connu pire... » L'avantage, c'est que cette fois, j'avais au moins de quoi m'occuper : regarder mon mec causer avec tous les gens de cette soirée, sourire, rire, glisser ses mains dans ses boucles et porter cette magnifique chemise. Bon, d'accord, j'en profitais aussi pour me demander ce qu'il trouvait chez moi alors qu'il y avait tout plein de filles et de mecs magnifiques ici, et que je faisais un peu tâche dans le décor malgré mon « merveilleux » cul ; mais ce n'était qu'un détail, n'est-ce pas ? Je soupire. « - Je suis vraiment pas fait pour les soirées. - Bourre-toi la gueule, ça occupe. - Même ça, j'aime pas. - Alors t'es juste dans la merde pour passer la soirée. - Exactement. - Tu peux pas te casser ? - Y'a mon copain, là-bas. - Nate ? - Yep. - Ah ouais, c'est vrai que vous êtes radicalement opposés à ce niveau. - T'as tout pigé. » Un regard compatissant de sa part, et il s'en va à son tour. Il aura au moins eu le mérite de faire passer le temps – vingt minutes de plus au compteur, génial ! Plus que... Minimum 5 heures.

Putain de merde.
Revenir en haut Aller en bas


Nate H. Colwin
Nate H. Colwin
STITCH VIRIL


♣ messages : 120
♣ where are you : j'habite à l'université
♣ âge : 29
♣ métier/études : étudiant en photographie & bénévole à GFA


MessageSujet: Re: [hot] rock me kiss me fuck me, baby - Lilo + Nate (4ever)   [hot] rock me kiss me fuck me, baby - Lilo + Nate (4ever) EmptyVen 4 Mar - 20:29




rock me kiss me fuck me, baby
ft. Lilo d'amouuur




Nate ne suivait plus du tout ce que lui disait Sara. Elle avait la main posé sur son bras pourtant, et lui parlait tout près de l'oreille, mais c'était comme ci il n'entendait plus rien. Toute son attention était absorbée par la scène qui se déroulait juste en face de lui. Dans l'ombre du bar du bar, Lilo discutait avec un garçon blond. Nate le connaissait de vue, il lui avait même dit bonjour. Mais de quel droit s'approchait il si près de Lilo ?

Il s'excusa auprès de Sara, lui marmonnant que ce qu'elle racontait était très intéressant mais qu'il devait aller aux toilettes. Ce n'était pas du tout crédible, mais honnêtement, il s'en foutait. Il fendit la foule et se rendit compte qu'il faisait entièrement nuit, et que la musique avait changé. Maintenant, presque tout le monde dansait sur la piste, sautant au rythme de la basse. Il entrevoyait les visages dans la lumière acide des néons clignotants. Depuis combien de temps discutait il avec ses amis ? Il s'arrêta quelques secondes, tentant de se rapeller de ce qui avait précédé dans la soirée. Il avait... Présenté Lilo à plusieurs personnes. Et puis sa main n'était plus dans la sienne. Il se souvenait avoir regardé autour de lui, et avoir pensé qu'il était parti aux toilettes, ou dehors pour retrouver un peu de calme. Et puis... Et puis il avait accepté plusieurs verres, il avait parlé avec Cara, avec Josh. Il avait croisé Sara et elle lui avait fait une rétrospective de sa vie depuis trois ans.

Il reposa son verre sur une table basse, se sentant un peu misérable. Ce n'était pas Lilo qui était en faute en parlant avec cet abruti de blond, mais lui. Il l'avait laissé tomber, l'oubliant dans son coin. Quel horrible petit-ami. Il chercha à nouveau à trouver Lilo. Il était appuyé contre un mur, près du bar, et il regardait les gens danser. Il avait l'air de s'ennuyer. Ou de ne pas être du tout à sa place. Dans l'ombre de la pièce, son visage éclairé par les lumières artificiels, il avait l'air d'un ange. Un ange déposé au milieu du chaos. C'était le cas. Nate s'en voulut. Il n'aurait pas du l'emmener avec lui, si c'était pour le laisser à l'écart ensuite. Quel con.

Il eut un mouvement pour le rejoindre et se stoppa net. Si il allait vers Lilo comme ça, il ne saurait pas quoi lui dire pour s'excuser. Il aurait l'air si stupide, et Lilo voudrait sans doute partir. Nate voulait qu'il vienne danser avec lui. Il voulait le serrer dans ses bras, là, sur la piste de danse.

Il rattrapa son verre et le finit d'une traite avant de faire demi-tour, plongeant dans le bain mouvant des danseurs. Il ne connaissait pas la musique, mais il aimait bien, le rythme était juste ce qu'il lui fallait pour s'amuser. Il croisa Cara qui gesticulait avec autant de grâce qu'un poulpe échoué sur une plage puis se retrouva presque au milieu de la pièce. Il voyait Lilo. Il voyait Lilo qui le regardait lui aussi. Il ne sut pas lire dans son regard, qui lui semblait étrangemment vide d'émotions. Du bout des lèvres, il épela son prénom. Puis il se mit à danser.

C'était un peu compliqué de trouver un rythme sans quitter Lilo des yeux. Nate savait qu'il n'était pas bon en danse, et qu'il avait toujours l'air ridicule. Mais ça n'avait absolument pas d'importance. La musique changea, beaucoup plus lente, et il ne fut plus que tout seul à danser sans partenaire. Le sien était toujours contre le mur. Mais Nate le regardait avec tellement d'intensité qu'il avait l'impression de sentir sa respiration contre sa peau.

Il ne sut pas trop ce qu'il se passait, si c'était le battement lent de la musique qui coulait contre sa peau, ou les pupilles bleus océans de Lilo. Il se sentit traversé d'un courant électrique, qui glissait le long de ses veines et rendait son corps brûlant. Il renversa la tête en arrière, passant sa main dans ses cheveux. Son corps se mouvait tout seul, il sentait le tissu de sa chemise frotter contre sa peau, et des corps inconnus le frôler, s'approcher de lui sans le toucher. Et lorsqu'il se redressa, Lilo était là. A quelques pas de lui, il avait traversé la piste et le regardait. Ses yeux semblaient immensément noirs. Nate se jeta sur lui.

D'abord, il emprisonna sa bouche. Il l'embrassa avec fièvre, essayant de lui faire passer cette excitation qui parcourait tout son corps. Il voulait que Lilo aussi, s'embrase. Il voulait qu'il lui brûle entre les bras. Nate avait conscience de ne plus danser du tout. Ou alors d'être totalement indécent. Il n'y avait plus que son bassin, qui ondulait lentement contre celui de Lilo, plus que sa tête qui se balançait au rythme de la musique. C'était son souffle mêlé au son de la batterie.

Il posa sa main sur la hanche de Lilo, et il le serra contre lui. Sa bouche se colla contre son cou et il l'embrassa encore.

- Mon amour. Danse avec moi..., murmura t'il.

very important:
 

C O D E © W H A T S E R N A M E .


_________________
[hot] rock me kiss me fuck me, baby - Lilo + Nate (4ever) Tumblr_nf5g26PC0A1sbj1nvo6_r1_250 [hot] rock me kiss me fuck me, baby - Lilo + Nate (4ever) Tumblr_nf5g26PC0A1sbj1nvo4_r3_250

Nos vies se débattent, crient dans la nuit, hurlent et tremblent de peur.
Infiniment nous cherchons un abri.
Un lieu où le vent siffle moins fort.
Un endroit où aller. Et cet abri est un visage, et ce visage nous suffit.

#669966

Revenir en haut Aller en bas


Lilo E. Straton
Lilo E. Straton
La Lilo de son Stitch


♣ messages : 110
♣ where are you : Sous terre
♣ âge : 20
♣ métier/études : étudiant en philosophie renforcée / bénévole


MessageSujet: Re: [hot] rock me kiss me fuck me, baby - Lilo + Nate (4ever)   [hot] rock me kiss me fuck me, baby - Lilo + Nate (4ever) EmptyVen 4 Mar - 22:10


rock me kiss me fuck me, baby

J'étais en train de jouer avec les glaçons de mon verre (vous savez, les faire tourner de plus en plus à l'intérieur sans qu'ils ne sortent du verre) lorsque la musique changea. Enfin, la musique en soit n'avait pas grand intérêt, puisque je ne l'écoutais pas depuis le début de la soirée – mais cette fois, ce fut différent. Elle était sympa, en réalité, elle sonnait bien à l'oreille. Mais c'est ce sentiment que quelqu'un me regardait qui me fit relever la tête, yeux rivés sur la piste de danse. Vert orage. Je me fige, mes doigts se crispent sur mon verre. Je devrais lui en vouloir, n'est-ce pas ? Lui en vouloir de m'avoir amené ici pour me planter au bar alors qu'il savait que je n'étais pas à l'aise avec les autres. Alors que je n'étais pas habitué à tout ça. Je devrais lui en vouloir, n'est-ce pas ? Mais c'est pas possible, c'est pas du tout possible. Rien qu'avec son regard sur moi, je fonds, je tremble, je perds les pédales. J'oublie le monde, j'oublie l'abandon, j'oublie la peur & l'alcool & les souvenirs. Il n'y a plus que lui autour de moi, il n'y a plus que lui au creux de mon cœur, de ma tête.

Et puis, quelque chose se passe. Je me rends compte de ses mouvements lascifs sur la piste, je me rends compte des ondulations de son corps en rythme, je me rends de sa chemise qui se tend & de ses mains qui se glissent dans ses boucles folles. J'ai l'impression de faire face au plus grand film érotique de ma vie – tout l'air que contenaient mes poumons s'évapore dans l'ambiance lourde & pesante de la pièce. Je ne peux même plus respirer, ici, là, maintenant, tout mon corps se comprime, s'imprime dans ses gestes, j'imagine mes mains qui passent sur ses courbes, mes gestes qui se calquent aux siens, et je tremble si fort que mon verre semble à deux doigts de quitter mes doigts. Alors, je le pose sur le comptoir.

Et m'avance. Sans le quitter du regard.
Pas un instant. Pas un clignement d’œil, aussi.
Juste mon regard posé sur son corps tendu, arqué, en proie à une électricité que je ne connais que trop bien chez lui.

You got me looking so crazy my baby
I'm not myself lately I'm foolish, I don't do this
I've been playing myself, baby, I don't care
Baby your love's got the best of me
Your love's got the best of me

Je me retrouve en face de son regard brûlant. Le feu entre ses pupilles, entre ses lèvres bientôt, qui se déposent sur moi avec passion. Mes yeux se ferment même si je voudrais encore voir un peu cette lueur, mes mains glissent autour de son cou et je réponds avec tout le désir que je peux ressentir pour son déhanché magnifique. Je me frotte doucement contre lui, il ne danse plus vraiment, juste son bassin contre le mien pour me chauffer un peu plus. Il m'a déjà volé tout mon souffle, je n'ai déjà plus rien mais j'en veux encore, je m'en fous, je voudrais qu'il me vole tout le reste si il le pouvait, qu'il me vole tout ce que j'ai et tout ce que je peux lui offrir. Et puis ce surnom, cet accent sur sa langue et sa demande.

Alors, je me retourne, dos à lui, mon bassin contre le sien, ma tête tournée vers lui, contre son cou.

And I still don't understand
Just how your love could do what no one else can
Got me looking so crazy right now
Your love's got me looking so crazy right now
Got me looking so crazy right now
Your touch got me looking so crazy right now 

Et je danse. Je me mouve contre lui au rythme que la basse nous présente, j'ondule des hanches, du bassin, mes yeux sont fermés, je m'enivre, de son odeur, de son toucher alors que mes doigts glissent le long de sa mâchoire, puis de son torse – je m'enivre de la musique et de l'inconnu, je me fiche des regards car je ne sens plus que lui contre moi. Je me recule lorsqu'il cherche mes lèvres, m'avance pour le tenter, mes doigts caressent ses hanches, et puis je lui refais face pour passer mes bras autour de son cou, approcher mes lèvres des siennes alors que je danse toujours, lascivement, le souffle haché.

J'ai chaud. J'ai si chaud... « Nate... » Un souffle contre ses lèvres alors que je me colle de nouveau à lui, alors qu'il m'entoure lui aussi de ses mains en barrière de protection, alors qu'il referme ce cocon d'électricité autour de nous.

Alors que je me perds en caresses, en baisers. En mouvements de hanches et en frottements désordonnés.

Hoping you'll save me right now
Your kiss got me hoping you'll save me right now
Looking so crazy in love
Got me looking, got me looking so crazy in love

Revenir en haut Aller en bas


Nate H. Colwin
Nate H. Colwin
STITCH VIRIL


♣ messages : 120
♣ where are you : j'habite à l'université
♣ âge : 29
♣ métier/études : étudiant en photographie & bénévole à GFA


MessageSujet: Re: [hot] rock me kiss me fuck me, baby - Lilo + Nate (4ever)   [hot] rock me kiss me fuck me, baby - Lilo + Nate (4ever) EmptyDim 20 Mar - 14:00




rock me kiss me fuck me, baby
ft. Lilo d'amouuur




Je me souviens de ce truc que me racontait ma sœur, avant. C'était une belle histoire d'amour, une histoire d'atomes qui fusionnent et se lient jusqu'à exploser dans le ciel et créer des étoiles. Deux corps qui ensembles fondaient l'univers. Elle me disait comme ça, que moi aussi un jour je trouverais une personne et qu'avec cette personne je serais un nouveau monde. Je ne crois pas l'avoir cru. Je trouvais ça beau sûrement, ça me faisait sourire, mais au fond de moi j'étais persuadé qu'une telle chose n'existait pas, et que peut être, c'était mieux comme ça. Les histoires d'amours, elles se font et se défont alors je n'imaginais même pas ce qu'il adviendrait de ce nouveau monde si jamais un jour il était destiné à partir en fumée. Et puis après la mort de ma sœur, j'en ai été encore plus persuadé. Je vivais les corps sans les laisser s'infiltrer dans le mien, troué de partout, vide et abrité par le vent. Ça n'avait plus de sens de vouloir être réchauffé, de vouloir être complet, de vouloir briller à en rendre jalouses les étoiles.

Mais là, maintenant, je ne sais plus. C'est différent. Il y a quelque chose de beau dans le corps de Lilo collé contre le mien, dans son âme qui vient caresser la mienne, du bout de ses doigts, dans ses yeux océans qui me semblent parfois fait pour se noyer dans les miens. Si il y a un jour eu une fusion parfaite entre deux corps, j'ai l'impression qu'il s'agit de moi et de Lilo. J'ai l'impression que c'est nous, l'univers mieux que tout les autres, et que nous sommes fait pour nous compléter. Pas pour nous lier entièrement, non, ça c'est trop idéaliste. Mais nous, on est fait pour s'aimer très fort, avec nos failles et nos cicatrices qui laissent passer le vent et la pluie.

Alors je le serre contre moi. Mes mains se posent contre ses hanches qui ondulent le long de mon bassin. Je ferme les yeux, j'écoute le battement lent de la musique qui coule sur nos peaux brûlantes, j'enfouis mon visage dans son cou. Lilo sent bon, il a cette odeur de gel douche et de peau humaine, il a cette douleur qui me prend aux tripes, qui me donne envie de le dévorer entièrement. Je lèche un peu sa peau, juste à côté de son épaule et je le sens frémir contre moi. J'ai totalement oublié que nous nous trouvons au milieu des autres, j'ai totalement oublié la fête, l'alcool dans mes veines, les regards, les mots. Il n'y a que Lilo. C'est lui ma réalité à présent. Mon soleil.

Entre mes bras il se retourne subitement et je l'embrasse. On reste juste comme ça, blotti l'un contre l'autre à se dévorer les lèvres comme si il s'agissait d'un besoin vital. Je respire contre sa bouche jusqu'à avoir envie d'en mourir, et puis je glisse brusquement ma main contre son ventre. Je touche son nombril, je sens sa peau qui palpite, sa bouche qui s'entrouvre et qui halète contre la mienne et c'est fou comme ça me donne le tournis. Je le lâche et je passe mes mains dans les poches arrières de son jean, pour le coller contre moi.

-J'ai envie de toi.

Je ne sais pas si il a entendu. Ma voix est voilée de désir, plus rauque que d'habitude. Je n'entends que mon cœur qui résonne dans ma poitrine, et la musique autour de nous qui a changé, qui est devenue électrique. Je colle ma bouche à son oreille et je répète :

-J'ai envie de toi. Tu es beau. Tu me rends fou...

Je sens juste son souffle qui s'accélère, sa gorge qui palpite un peu contre ma joue. Alors je lâche ses poches et je glisse mes mains contre ses cuisses et je le soulève. Comme ça il me semble porter un bébé koala et je trouve ça adorable. Je l'embrasse encore, je rigole un peu contre sa peau et puis je nous fraie un chemin au milieu des gens qui sautent et s’époumonent. Je ne connais absolument pas la maison alors je mets quelques minutes avant de trouver l'escalier. J'avance tout doucement parce qu'il est compliqué de marcher avec Lilo que je continue d'embrasser dans les bras mais je finis par atteindre l'étage. Je le lâche et j'attrape sa main. Il y a peu de lumière alors j'ouvre la première porte, sans chercher à savoir ce qu'elle va ouvrir. C'est une chambre assez grande mais assez impersonnelle. Je suis sur que c'est la chambre d'ami, et qu'on ne va déranger personne si on passe la nuit là. Je me retourne pour fermer la porte. Lilo est est appuyé contre le mur, le souffle court. Il me fixe avec ses grands yeux bleus, noyés d'un désir sans fond. A nouveau je me sens brûlé, des pieds à la tête. Alors je fonds sur lui, mon corps contre le sien je l'embrasse à nouveau, plus fort, ma bouche contre la sienne et ses mains qui s'enfouissent dans mes cheveux. Je glisse les miennes sous son t-shirt, là ou sa peau brûle comme un incendie et je le parcours lentement. Il est beau. Il est à moi. Il est mon univers entier.

C O D E © W H A T S E R N A M E .


_________________
[hot] rock me kiss me fuck me, baby - Lilo + Nate (4ever) Tumblr_nf5g26PC0A1sbj1nvo6_r1_250 [hot] rock me kiss me fuck me, baby - Lilo + Nate (4ever) Tumblr_nf5g26PC0A1sbj1nvo4_r3_250

Nos vies se débattent, crient dans la nuit, hurlent et tremblent de peur.
Infiniment nous cherchons un abri.
Un lieu où le vent siffle moins fort.
Un endroit où aller. Et cet abri est un visage, et ce visage nous suffit.

#669966

Revenir en haut Aller en bas


Lilo E. Straton
Lilo E. Straton
La Lilo de son Stitch


♣ messages : 110
♣ where are you : Sous terre
♣ âge : 20
♣ métier/études : étudiant en philosophie renforcée / bénévole


MessageSujet: Re: [hot] rock me kiss me fuck me, baby - Lilo + Nate (4ever)   [hot] rock me kiss me fuck me, baby - Lilo + Nate (4ever) EmptyDim 20 Mar - 15:06


rock me kiss me fuck me, baby

Je ne savais pas trop ce que je faisais. Ni pourquoi. Je sais juste que mon corps bougeait par automatisme, que je ne pensais plus à rien d'autre qu'à son corps contre le mien, qu'à ses pupilles dans les miennes, à ses lèvres qui m'appelaient sans cesse. Tout mon être s'enflammait, s'électrisait entre ses bras, à chaque mouvement de danse, à chaque baiser - j'avais l'impression de prendre feu et que ce feu s'attisait à chaque instant. Je tremblais un peu de désir, haletait contre ses lèvres qui me volaient le peu de souffle qui me restait. Peut-être étais-je en plein rêve car j'avais cette impression vague de flotter, de ne pas être entièrement dans mon corps, une partie de mon âme plongée dans la sienne pour exploser, imploser. Tout avait disparu autour de moi, plus rien ne comptait. A part lui. Lui seul. C'était effrayant, quand on y pensait - aimer quelqu'un au point d'effacer le reste, construire un monde rien qu'à vous deux. Un petit univers où il était mon point de gravitation.

Effrayant.

Mais je n'avais pas le temps d'y penser. Et de toute façon, je m'en foutais. Je m'étais entièrement remis à lui en ce jour funeste dans l'enclos, alors il pouvait faire ce qu'il voulait de moi - m'aimer, me déchirer, me détruire, il pouvait tout faire parce que tout était à lui. Moi, Lilo Edem Straton, avait offert son âme à genoux à un ado brisé avec des émeraudes en guise de prunelles et un corps de Dieu grec. Je ne savais pas ce que ça allait donner, ni comment ça allait se finir - je ne savais qu'une seule chose, à l'heure d'aujourd'hui, c'est qu'il était la personne la plus importante de toute ma vie. Ses lèvres remuent pour dire quelque chose que je ne comprends pas, que je ne cherche pas tellement à comprendre tant je suis hypnotisé par ce mouvement purement et simplement désirable. Et puis il s'approche, se colle encore plus à moi pour me chuchoter qu'il a envie de moi. Que je suis beau. Que je le rends fou.

Oh, si il savait.

Un petit gémissement d'envie passe la barrière de mes lèvres alors que je ferme les yeux, alors que je m'abandonne à ce désir qui attise mon corps depuis que son corps avait commencé à se déhancher sur la piste de danse. Je ne réfléchis plus, je ne souhaite qu'une seule chose: sentir sa peau sous mes lèvres, son bassin contre le mien et ses gémissements partout autour de moi. C'est sans doute pour ça que je n'hésite pas une seconde à enrouler mes jambes autour de sa taille lorsqu'il me soulève comme si je n'étais rien, comme si j'étais tout. C'est sans doute pour ça que même ainsi, en mode koala, je ne quitte ses lèvres que pour reprendre mon souffle quelques secondes avant de me remettre à les attaquer. C'est sans doute pour ça que je le laisse me porter jusqu'à une immense chambre, trop occupé à le regarder lui pour me concentrer sur la déco inexistante. Je descends de ses bras pour le laisser fermer la porte, adossé au mur, tentant de remettre de l'ordre dans mes idées en me mordillant la lèvre.

Mais c'est pas possible. Pas avec une silhouette pareille sous mon regard, pas avec cette chaleur partout au creux de mon corps.

Un long gémissement traverse mes lèvres alors qu'il se jette sur moi et dévore mes lèvres comme un affamé, alors que ses doigts viennent se glisser sous mon haut. Je soulève les bras pour le laisser me le retirer, avide de son contact chaud, de son épiderme contre le mien. Mes mains tirent un peu sur ses mèches de cheveux avec envie, happant une énième fois ses lèvres devenues rouges sous mes baisers – puis c'est à mon tour de lui déboutonner cette magnifique chemise qu'il porte, délicatement malgré l'empressement dont mon corps fait preuve, parce qu'elle lui va beaucoup trop bien pour que je la déchire. Puis aussitôt son torse découvert, ses magnifiques tatouages à la portée de mon regard, mes lèvres attaquent son cou, ses monts de chair – ma langue prend son temps pour parcourir sa peau brûlante, dessinant le contour de ses tatouages, mon regard rivé vers le sien, incapable de s'en détacher, comme si il était un putain d'aimant – mon putain d'aimant.

Et puis je le plaque contre le mur à mon tour, tombe à genoux dans un petit sourire, mes dents venant placer une grosse marque sur son bas-ventre alors que main venait jouer avec sa ceinture.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [hot] rock me kiss me fuck me, baby - Lilo + Nate (4ever)   [hot] rock me kiss me fuck me, baby - Lilo + Nate (4ever) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

[hot] rock me kiss me fuck me, baby - Lilo + Nate (4ever)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ giving for africa  :: 
johannesburg

 :: le centre ville
-